Le français pour l’avenir honore Barbara Hall

20e anniversaire

John Ralston Saul et Barbara Hall

John Ralston Saul et Barbara Hall


18 avril 2017 à 0h03

Lundi 10 avril, l’organisme Le français pour l’avenir a souligné son 20e anniversaire au campus Glendon de l’Université York, lors d’un forum qui a permis à 250 jeunes d’une vingtaine d’écoles de Toronto et du Centre-Sud de l’Ontario de participer à différents ateliers et classes de maîtres.

La journée a notamment été marquée par la remise d’un prix à Barbara Hall, qui a été mairesse de Toronto de 1994 à 1997. Trois années pendant lesquelles elle s’est aussi démarquée par son soutien au Français pour l’avenir et à sa mission de promotion du bilinguisme chez les jeunes.

«Barbara Hall possède une qualité exceptionnelle: elle comprend comment fonctionnent le pays et la ville de Toronto. Elle a eu le courage d’affronter l’opposition pour nous aider à lancer Le français pour l’avenir», se rappelle John Ralston Saul, son fondateur et président d’honneur.

«Je suis ici aujourd’hui, car j’ai su écouter, car j’ai ouvert une porte il y a maintenant 20 ans», a déclaré Barbara Hall, très émue après avoir reçu son prix d’honneur. «C’est un accomplissement pour les fondateurs, les équipes, les générations d’étudiants et les professeurs. J’aimerai que le français fasse encore et toujours partie de ma vie dans le futur, car c’est une langue qui m’inspire.»

Cette journée a permis de mettre en avant l’importance de notre langue dans une communauté où nous sommes minoritaires: «On peut être francophone ou anglophone, mais on peut aussi faire le choix d’être le deux!», appuie John Ralston Saul.

Les élèves ont pu suivre de nombreuses classes de maîtres, comme des cours de journalisme mobile avec Philippe de Montigny de Radio-Canada Toronto, ou encore une initiation à la magie avec le magicien Éric Leclerc, double champion canadien de magie.

Il a par ailleurs enflammé l’assemblée en proposant quelques tours, dont celui de la table humaine: «Ces quatre jeunes hommes se maintiennent dans cette position sans l’aide des chaises. C’est exactement pareil pour la langue française. Si vous communiquez entre vous, si vous parlez français au quotidien, vous parviendrez à faire de grandes choses.»

Pour Pier-Nadeige Jutras, directrice générale du Français pour l’avenir depuis deux ans, l’expansion de l’organisme s’explique par l’opportunité unique qu’il propose aux élèves. «C’est l’occasion pour eux d’accéder à la seconde langue officielle du pays. L’organisme a beaucoup grandi, car nous avons énormément de demandes. Plus de 15 000 jeunes participent à nos conférences tout au long de l’année.»

«Notre président fondateur dit être le premier surpris de la durabilité de l’organisme, il est très étonné que cela perdure au fil du temps. Il est tout aussi difficile pour moi d’anticiper l’avenir du Français pour l’avenir. Aujourd’hui, notre objectif est de former une relève dynamique et passionnée», explique Pier-Nadeige Jutras.

Le français pour l’avenir semble avoir un futur radieux devant lui, car ce programme, que l’on pourrait dire d’utilité publique, a déjà insufflé l’amour de notre langue à plus de 67 000 jeunes en 20 ans. «Nous avons récemment fait un sondage sur nos anciens participants et 55% d’entre eux disent utiliser le français quotidiennement», conclut la directrice générale.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur