Le corrigé de la dictée

C’est l’heure de la correction! Dans ma précédente chronique, je vous faisais part d’une petite dictée que j’ai concoctée et que, volontairement, j’ai truffée de vingt fautes. Je vous demandais de les trouver. J’espère que vous avez bien fait l’exercice.

Je reproduis d’abord le texte en version corrigée, avec en gras les graphies correctes des mots ou expressions que j’avais transformées en erreurs dans la version publiée précédemment. Par la suite, je donnerai quelques explications sur ces erreurs.

* * *

Prendre racine

Voilà certainement un thème intéressant pour un salon du livre. Mais de quelles racines parle-t-on?

Sont-ce celles des végétaux? Les petites racines des ancolies, des coquelicots ou celles des arbrisseaux? Ou celles, plus grosses, par lesquelles se nourrissent les cyprès, les sapins baumiers, les thuyas et tutti quanti? Sont-ce encore les racines comestibles comme le rutabaga ou le topinambour?

À moins qu’il s’agisse plutôt des racines étymologiques. Celles qui donnent parfois du fil à retordre par leur graphie étrange, surtout lorsqu’elles sont grecques ou latines. Tant de suffixes incongrus et de morphèmes bizarres ont des racines empruntées aux Hellènes et aux Romains.

Peut-être est-ce à l’arithmétique qu’on s’intéresse? Là, les racines sont carrées ou cubiques, accompagnées de radicaux et de radicandes. Mais quelque intéressantes qu’elles puissent paraître, ce n’est sans doute pas de ces racines dont on parle dans un salon du livre.

Évoquerait-on plutôt les racines d’une personne? L’éventail d’arrière-grands-parents que l’on retrouve dans un arbre généalogique? Les aïeules qui nous ont vus naître et que l’on a peut-être vu inhumer ou ensevelir et qui, encore aujourd’hui, mangent les pissenlits ou les dents-de-lion par la racine?

Mais alors, si on ne parle ni des rhizomes ni des mycéliums, de quoi diable peut-il être question dans ce leitmotiv aussi large que sibyllin? On ne parle tout de même pas de Racine dans le Wisconsin, tudieu!

Ah! Ça y est! On parle peut-être de Racine lui-même. Ou peut-être pas, parce qu’encore eût-il fallu qu’on croisât Phèdre, Mithridate, Britannicus ou Iphigénie dans les couloirs ou autour des échoppes achalandées des libraires. Trêve d’élucubrations, on s’épivarde!

«Prendre racine», c’est s’ancrer dans un univers. Littéralement, c’est s’attarder quelque part, sans manifester l’intention de partir. Et cet amphigouri nous démontre que quand cet univers est celui des mots et des livres, toutes les fantaisies deviennent possibles.

Fin de la dictée

* * *

La première erreur à repérer était celle des sapins baumiers. Le sapin baumier est un arbre de la famille des pinacées originaire du nord-est de l’Amérique du Nord, à la cime pyramidale régulière et effilée, au bois tendre et léger, dont les feuilles aciculaires et persistantes dégagent une forte odeur épicée.

Le sapin baumier (sans «e», contrairement au patronyme) est l’arbre le plus cultivé par les producteurs d’arbres de Noël. De plus, il constitue l’une des principales essences forestières exploitées par l’industrie papetière canadienne. «Baumier» est adjectif et il s’accorde.

Le topinambour (et non «taupinambour») est le tubercule d’une plante appelée hélianthe tubéreux, qui est consommé comme légume.

L’adjectif étymologiques s’écrit sans «h» contrairement aux mots de la famille d’éthylique.

Les Hellènes, ce sont les Grecs. Le nom et son adjectif («hellénique») s’écrivent avec un «h» et deux «l».

L’arithmétique, avec un «i» et non un «y» (contrairement à «arythmie») est une partie des mathématiques.

Les radicandes (et non «radiquandes») sont les nombres placés sous le radical pour trouver la racine de celui-ci. Le radical est le «v» stylisé pour exprimer par écrit la fonction «racine», carrée ou autre.

On devait écrire quelque intéressantes, puisque dans la construction «quelque […] que», le mot «quelque» est adverbe et donc invariable, parce qu’il est suivi d’un adjectif (accordé avec elles, mis pour racines). Quelque peut être remplacé par «si» ou «aussi».

Il ne fallait pas ajouter de «t» euphonique dans l’expression Évoquerait-on. Le «t» final permet déjà de faire la liaison.

Dans le mot pluriel arrière-grands-parents, «arrière» est toujours invariable.

Dans le bout de phrase «que l’on a peut-être vu inhumer ou ensevelir», ce ne sont pas les aïeules qui font l’action d’inhumer (infinitif parce que coordonné avec ensevelir). Dans ce cas, «vu» ne s’accorde pas.

Les dents-de-lion sont des fleurs. C’est un synonyme de pissenlit. Il fallait éviter de l’écrire selon la forme anglaise «dandelion».

Les rhizomes (et non «rizomes») sont des tiges souterraines vivaces, généralement à peu près horizontales, émettant chaque année des racines et des tiges aériennes.

Dans l’adjectif sibyllin, il fallait éviter le piège d’inverser le «i» et le «y». Il signifie «caché, obscur».

Dans la locution encore eût-il fallu, il ne fallait pas mettre de «t» à «fallu» puisqu’il s’agit du participe passé.

Il ne fallait pas mettre de «y» dans le nom de Iphigénie, titre d’une œuvre de Racine.

Les échoppes achalandées comprenaient deux erreurs: échoppe prend deux «p» et comme il s’agit d’un nom féminin, il fallait accorder «achalandées».

Deux erreurs aussi pour cette amphigourie puisque «amphigouri» (langage ou écrit obscur, embrouillé, peu intelligible) est un nom masculin.

Enfin, il fallait accorder possibles puisqu’il s’agit ici de l’adjectif, qui se rapporte aux fantaisies.

* * *

Voilà. J’espère que vous avez apprécié l’exercice. Combien aviez-vous repéré de fautes dans le texte truqué? Dites-vous que si c’est plus de dix, vous êtes parmi les meilleurs!

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur