Le Canada rompt ses relations avec l’Iran

Le ministre canadien des Affaires extérieures John Baird. (Photo: Adrian Wyld, PC)

7 septembre 2012 à 10h36

à 16h58 HAE, le 7 septembre 2012.

OTTAWA – Le Canada ferme son ambassade à Téhéran et expulse les diplomates iraniens en poste au Canada.

Ottawa suspend ainsi toute relation diplomatique avec l’Iran, allant plus loin que la majorité des pays occidentaux qui se contentent d’imposer des sanctions au régime iranien pour le forcer à freiner le développement de son programme nucléaire.

Depuis des mois, Israël réclame une attaque militaire contre l’Iran, inquiet du possible développement de l’arme nucléaire chez son ennemi.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a cru bon dépêcher son porte-parole pour assurer, à la suite de l’annonce de la fermeture de l’ambassade, vendredi, qu’il n’avait «aucune information à propos d’une attaque militaire contre l’Iran».

M. Baird a dressé une longue liste de reproches contre l’Iran, au cours d’un point de presse tenu à Vladivostok, en Russie, où il participe au Sommet de l’APEC en compagnie du premier ministre Stephen Harper.

L’Iran, a-t-il dit, est «la menace la plus importante à la paix et à la sécurité mondiale à l’heure actuelle».

Il a reproché à Téhéran de fournir une aide militaire au gouvernement Assad, en Syrie. Il s’est inquiété de la menace que l’Iran représente pour l’existence d’Israël.

«Il (le régime iranien) refuse de se soumettre aux résolutions des Nations unies en rapport avec son programme nucléaire. Il menace régulièrement l’existence de l’État d’Israël et emploie une rhétorique raciste et antisémite, incitant au génocide», a-t-il lancé.

Ses propos, et surtout son geste, ont été applaudis par Israël.

Ce sont là les mesures qu’il faut prendre «pour tracer clairement une ligne rouge à l’Iran», peut-on lire dans le communiqué diffusé par Miriam Ziv, ambassadrice à Ottawa, vendredi après-midi.

Il y a quelques jours, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, s’en prenait à Washington à qui il reproche sa réticence à envisager l’avenue militaire.

«La communauté internationale n’a pas défini une ligne rouge que l’Iran ne doive franchir et l’Iran ne voit pas la résolution de la communauté internationale à stopper son programme nucléaire», avait-il déclaré après la publication d’un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) où on apprenait que l’Iran avait doublé sa capacité d’enrichissement mais que son carburant nucléaire était encore loin d’être de qualité militaire.

Vendredi, M. Nétanyahou a félicité Ottawa. «La détermination dont fait preuve le Canada servira à faire comprendre aux Iraniens qu’ils ne peuvent pas continuer leur course vers l’arme nucléaire», a-t-il déclaré, vantant le geste d’Ottawa comme étant l’exemple à suivre par toute la communauté internationale.

Vendredi, l’Union européenne se penchait sur la possibilité de renforcer les sanctions contre l’Iran.

Le gouvernement Harper s’est toujours rangé dans le camp israélien, même s’il n’est pas allé jusqu’à donner son appui à une attaque militaire contre l’Iran. En 2011, toutefois, le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, déclarait pendant une visite en Israël qu’«une menace contre Israël est une menace contre le Canada».

De l’avis de Houchang Hassan-Yari, professeur de politique comparée et des relations internationales (questions militaire et stratégique) au Collège militaire royal du Canada à Kingston, le Canada s’aventure maintenant sur un terrain «glissant».

«Cette inflation verbale peut avoir des conséquences négatives», a-t-il dit à propos de la sortie de M. Baird.

Le spécialiste admet qu’il y a beaucoup de reproches à faire au régime iranien. «Mais de là à conclure que c’est la menace la plus grande, la plus imminente, pour la paix et la sécurité internationales, à mon avis, c’est un peu aller loin», a-t-il jugé, lors d’une entrevue téléphonique.

Ottawa n’a pas voulu lier son geste uniquement au programme nucléaire iranien. Le ministre Baird a également fait valoir que la sécurité du personnel diplomatique canadien était en jeu, rappelant une attaque il y a huit mois contre l’ambassade britannique en Iran.

«Le régime iranien a démontré qu’il n’a aucun respect de la Convention de Vienne et des garanties qu’elle assure pour la protection du personnel diplomatique, a-t-il dit. Dans ces circonstances, le Canada ne peut maintenir une présence diplomatique en Iran. Nos diplomates sont des civils au service du Canada et leur sécurité est notre première priorité.»

L’opposition officielle à Ottawa se demande pourquoi le gouvernement Harper pose ce geste maintenant.

«C’est peut-être de la bonne rhétorique, mais ce n’est pas vraiment de la bonne diplomatie», s’est désolé le néo-démocrate Paul Dewar. Selon lui, le Canada s’isole, plutôt que d’isoler l’Iran, en fermant son ambassade.

Quant à l’Iran comme menace principale à la paix et à la sécurité internationales, M. Dewar ne croit pas que pareil jugement fasse l’unanimité chez les alliés du Canada. «L’inquiétude est liée à la prolifération de l’arme nucléaire, a-t-il dit en entrevue. Si cela inquiète (le gouvernement Harper), alors où est ce gouvernement quand vient le temps de réclamer un Moyen-Orient sans arme nucléaire? Il ne fait aucune pression en ce sens.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur