La gastronomie s’invite chez vous

En médaillon: Didier Leroy. À droite: Émeric Grosjean et Stan Leveau-Vallier, fondateurs de Thank You Chef.

27 juillet 2015 à 15h07

Ils vont vous faire aimer manger. Adieu poutines, frites et burgers, place à la véritable gastronomie!

Que ce soit pour un simple barbecue en famille ou entre amis, ou pour une soirée chic, les chefs cuisiniers viennent chez vous pour vous offrir leurs services.

Entre les dîners d’été de Didier Leroy et la variété culinaire de Thank You Chef, vous n’avez plus aucune excuse pour bien manger!

Cuisine française

Maître cuisinier de France installé depuis plusieurs années au Canada, Didier Leroy s’est donné pour mission de «transmettre son savoir» à ses clients, de «les éduquer» sur la bonne cuisine française.

Pour leur apprendre à cuisiner, il se rend chez eux, leur donne des conseils et les assiste le jour du dîner. Il peut également préparer lui-même les repas lors de soirées, de cocktails et d’autres événements, sur le modèle de la cuisine bourgeoise.

Cette activité, Didier Leroy avait déjà eu l’occasion de l’exercer, mais il avait dû l’arrêter lors de l’ouverture de son restaurant. Il désire désormais s’y consacrer pleinement, tout au long de l’année, en variant le menu selon les saisons.«Je n’ai pas envie de retourner dans un restaurant. La cuisine me rend heureux, pas le restaurant.»

«Je veux faire la connexion avec les gens et promouvoir les produits canadiens car, pour moi, le métier de cuisinier n’a rien à voir avec le drapeau», confie-t-il en entrevue à L’Express.

Qu’il s’agisse d’un dîner romantique à deux ou d’une réception de plusieurs dizaines de personnes, Didier Leroy propose ses services pour promouvoir la culture française, tout en étant ouvert aux autres cuisines du monde.

«Je suis gastronome, j’essaie de rester Français. J’utilise beaucoup de produits de saison au Canada mais je garde des bases et des techniques françaises.»

Une expérience sociale

Pour Stan Leveau-Vallier, co-fondateur de Thank You Chef, un projet qui vient tout juste de voir le jour, l’idée était de mettre en relation les clients et des chefs d’origines et de spécialités variées.

«Nous ne vendons pas de la nourriture, mais une expérience sociale et culinaire», raconte-t-il en entrevue à L’Express. «Nous avons constaté que les gens cuisinaient moins à la maison. Nous, nous avons du plaisir à cuisiner et nous voulions donc les aider à mieux manger et à cuisinier davantage en amenant les chefs chez eux pour qu’ils vivent une expérience en direct à la maison.»

Tout comme Didier Leroy, Thank You Chef propose deux formules: des cours de cuisine à la maison en présence des chefs, et des dîners privés pour toutes sortes d’événements.

En revanche, il n’y a pas qu’un seul chef répertorié sur le site, mais cinq – l’objectif étant de proposer la plus grande variété possible de spécialités culinaires pour tous les goûts et toutes les occasions.

«On a de tout parmi les chefs. L’un d’entre eux est originaire des Caraïbes et prépare de la cuisine végane. Nous avons également un pâtissier français qui enseigne à George Brown et un Italien qui propose des cours interactifs, entre autres» décrit-il.

Contrairement au restaurant, où la relation entre le client et le cuisinier est inexistante, il s’agit ici de faire en sorte qu’une véritable relation s’instaure entre eux.

«On peut poser des questions aux chefs. Ils sont très généreux et sont très intéressés à l’idée de partager leur passion», affirme Stan Leveau-Vallier.

Qualité garantie

La qualité des produits (locaux, bio…) et des cuisiniers est garantie: chaque chef est au préalable testé au cours d’un entretien dans lequel il doit démontrer que ses petits plats sont à la hauteur des attentes de l’entreprise qui s’assure, par la même occasion, que celui-ci soit fait pour cette expérience.

«Nous voulons trouver le bon chef, la bonne expérience pour le bon client. Nous cherchons à présenter au mieux le chef, afin que le client puisse se dire “c’est exactement la personne qu’il me faut”», commente Stan Leveau-Vallier.

La plupart des plats sont gastronomiques, mais, prochainement, les fondateurs espèrent développer davantage la variété des dîners proposés, en offrant par exemple, un service barbecue, et pourquoi pas, un jour, trouver un chef préparant des boîtes lunch.

«Notre objectif est surtout un objectif social: nous voulons que les gens mangent mieux et cuisinent plus. Nous prévoyons d’utiliser une partie de nos revenus pour organiser des cours caritatifs à destination des familles défavorisées et des adolescents», précise-t-il.

Si tous les chefs ne parlent malheureusement pas le français, les langues sont aussi variées que les plats proposés… et que leurs prix. Ceux-ci sont compris entre 30 et 130 dollars, selon le type de cuisine souhaité et le nombre de personnes. À table!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur