Jain, l’artiste nomade

Jain sur la scène du Mod Club.

Jain sur la scène du Mod Club.


11 avril 2017 à 0h22

Incontournable en France depuis qu’elle a gagné une Victoire de la Musique en février 2016 avec son album Zanaka (exploit qu’elle a réédité cette année en gagnant dans les catégories artiste féminine et meilleur clip), Jain trace sa route et entraîne son public dans une communion dansante, entre pop-électro et sonorités africaines, rappelant l’histoire de la jeune chanteuse. Un moment de transe que le public torontois a eu la chance d’expérimenter au Mod Club ce lundi 3 avril.

Dans les loges de l’intimiste boîte de nuit de Little Italy, je découvre Jain, une vieille caméra à la main, qui filme les personnes qui l’accompagnent dans sa tournée nord-américaine de quatorze dates. C’était comme voir Ringo Starr avec son argentique dans Hard Day’s Night.

Une identité artistique unique

Du haut de ses 25 ans, Jeanne Galice, alias Jain, est une auteure-compositrice-interprète de talent. Elle représente le renouveau de la pop avec ses sonorités recherchées et uniques: «C’est une sorte de melting-pop, c’est de la pop avec plus d’influences comme du hip-hop, de l’électro, du reggae. C’est un peu un joyeux bazar que je mélange à ma sauce», explique l’artiste.

Pour compléter son style musical si particulier, la chanteuse a pour habitude de monter sur scène vêtue d’une petite robe noire et blanche, tout aussi reconnaissable. «Mon style est à la fois proche et éloigné de mon identité, mais j’aimais bien cette idée de tenue de scène pour se différencier de la vie de tous les jours et créer une identification aussi et c’est ça qui m’intéressait. Cette tenue, très contrastée, joue sur le côté très classique français», développe Jain.

De Jeanne à Jain, il n’y a qu’un pas. Un pseudo qui lui permet avant tout de se créer une identité artistique propre, mais aussi de mettre en avant une citation qu’elle a découverte à l’âge de 16 ans: «Ne soit pas déçu si tu perds et ne deviens pas fier si tu gagnes.»

Afin de suivre son père dans ses déplacements professionnels, Jain a vécu dans de nombreux pays au cours de son enfance: «J’essaye de me nourrir de ces voyages pour composer. Ils ont tous influencé ma musique. J’ai commencé à écrire à l’étranger et certains de mes amis ne parlaient pas français, il me semblait donc logique de composer mes chansons en anglais, car pour moi c’est la langue des voyages. D’ailleurs, je ne chante pas dans un anglais parfait, mais plutôt un anglais baroudé», s’explique la chanteuse.

Le concert où il fallait être

Vers 20 heures, alors que la boîte de nuit se remplit, on entend essentiellement parler français: la communauté francophone – pour ne pas dire française – de la ville-reine s’était fait passer le mot et était au rendez-vous pour la première date torontoise de Jain.

Et quel concert! De la jeune femme que j’avais vu quelques heures auparavant en loge, Jain était devenue une bête de scène, généreuse et captivante, entraînant un public déjà conquis dans une danse bondissante et chantante (hurlante). Le Mod Club était définitivement l’endroit où il fallait être en ce premier lundi d’avril.

Pour Jain, qui se produit dans de très grosses salles en France, ces dates nord-américaines étaient avant tout l’occasion de revenir jouer dans de petits clubs. «Je ne le réalise pas du tout pour le moment, je pense que je vais le faire quand je vais rentrer en France, mais c’est vrai que j’ai toujours rêvé de faire une tournée aux États-Unis et au Canada. Alors là, d’être en train de la faire, c’est une énorme chance et on essaye d’en profiter un maximum.»

Que de chemin parcouru pour la jeune femme, qui raconte qu’en 2012 elle se produisait face à une dizaine de personnes dans un bar du 2e arrondissement de Paris. «Il devait y avoir que des membres de ma famille ce soir-là. C’était mon tout premier concert et j’étais tellement stressée que je n’avais pas dormi de la nuit», se souvient-elle en rigolant.

Après ces moments passés en Amérique du Nord, la chanteuse prévoit de retourner en studio pour enregistrer un second album. «Les chansons sont écrites. Il faut juste qu’on l’enregistre. Mais pour le moment, la direction artistique n’est pas encore totalement définie.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Mi’kmaq et Acadiens: des amis de longue date

Grand-Pré est le lieu où se sont installés les premiers colons français et où s’est développée une union entre les Acadiens et les Mi’kmaq. Aujourd’hui, le site du festival annuel (en Nouvelle-Écosse sur la baie de Fundy) est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
15 août: Fête nationale des Acadiens
En lire plus...

15 août 2017 à 15h48

Recensement: des erreurs à rectifier

ffdrapeaux
Le français en perte de vitesse au Canada: fausse nouvelle! Statistique Canada a promis de rectifier des erreurs dans son recensement 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h30

Un deuxième album très attendu pour Patricia Cano

La chanteuse et comédienne Patricia Cano, née à Sudbury de parents péruviens.
Madre Amiga Hermana: ode à la féminité
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Regent Park et Moss Park: ça va la santé?

Sondage sur les services de santé en français dans l'Est du centre-ville.
Sondage sur les besoins
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Marchand Dessalines, haut lieu de l’indépendance d’Haïti

Rudolf Dérose devant le fort Décidé.
Une cité fortifiée derrière la vallée de l’Artibonite.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h28

Petite faute deviendra grande

Agatha Christie est l'auteure la plus populaire après la Bible et Shakespeare, avec deux milliards de livres vendus.
Les traductions de Google donnent souvent du charabia.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h27

Les conseils scolaires tâcheront de mieux gérer leurs autobus

autobus-scolaire
La rentrée scolaire avait été chaotique au TDSB et au TCDSB en septembre 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h26

Ralentir le Parkinson en luttant contre le diabète

L’exénatide agit sur le foie... et le cerveau. (Photo: Kitsuney — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2hOGecQ)
Le Parkinson diminue la dopamine, ce qui fragilise les cellules nerveuses.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h25

L’ivoire de mammouth aussi peu recommandable que l’ivoire d’éléphant

Sculpture en ivoire exposée aux Nation-Unies. (Photo: Anthony Keys — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2vYbUlP)
Ls squelettes de mammouths se trouvent en majorité dans le permafrost de la Sibérie.
En lire plus...

Protéger Mars… de la Terre

Tersicoccus phoenicis, la bactérie découverte dans une salle blanche d'assemblage de la NASA en Floride et à Kourou en Amérique du Sud. (Photo: NASA)
Invasion terrestre plus probable qu'extra-terrestre
En lire plus...

14 août 2017 à 14h22

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur