Grâce aux bénévoles: l’hiver moins froid pour les sans-abri

Visite d'un centre Out Of The Cold

Petit-déjeuner Out Of The Cold.

Petit-déjeuner Out Of The Cold.

Toronto compterait 5000 personnes sans domicile. Plus de 4000 sont hébergées toute l’année par la municipalité et ses partenaires.

L’hiver, le programme Out Of The Cold regroupe 16 églises et synagogues qui se relaient pour ajouter entre 100 et 150 places supplémentaires d’hébergement par nuit. Ce programme repose sur les efforts de nombreux bénévoles.

L’Express a suivi le programme à Eastminster United Church (avenue Danforth), où un repas est servi à 120 personnes les vendredis soirs, et où 50 personnes sont ensuite hébergées.

Un piano

À 17h, les portes ouvrent. Les bénévoles de l’après-midi ont préparé une soupe pour le soir et installé tables et chaises dans le grand sous-sol de l’église. Ils servent du café et une collation. Un visiteur habitué s’assied à un vieux piano pour jouer des classiques de jazz.

Un sexagénaire raconte qu’il vit dans un hébergement subventionné dans un autre quartier et qu’il aime venir dîner ici le vendredi. Un autre, quadragénaire, est arrivé de Goa (Inde) il y a 10 ans: cela fait 7 ans qu’il est sur liste d’attente pour un logement subventionné. Il a un travail dans la construction, mais pas de logement stable. Il dort souvent dehors, mais en hiver, il évite. Ce soir, il dormira ici.

Travail de bénévoles dans la cuisine.
Travail de bénévoles dans la cuisine.

Une prière

Les bénévoles de l’équipe du dîner arrivent, remplacent ceux de l’équipe de l’après-midi et finalisent la préparation du repas. À part la soupe, les plats équilibrés sont achetés à prix coûtant à une maison de retraite qui cuisine déjà pour ses pensionnaires.

Les tables se sont remplies. Juste avant le dîner, un des convives est missionné par les autres pour dire une prière. Quelques mots profonds convenant à toutes les religions et sensibilités – «Je dis merci pour ce dîner alors qu’il fait froid dehors, je pense à ceux qui n’ont pas notre chance…» –, suivi d’un «Amen» en chœur et quelques applaudissements.

Les bénévoles servent le dîner, en essayant de respecter les envies des convives. La plupart remercient, certains sont assez gais, d’autres plutôt râleurs. Il y a des jeunes, des vieux, une majorité d’hommes. Côté bénévoles, il y a une majorité de femmes.

Propre et sécuritaire

À la fin du repas, ceux qui le souhaitent peuvent récupérer des habits dans une autre salle et prendre une douche. Une infirmière est aussi disponible. Quelques personnes avec un gilet orange surveillent les allées et venues: il s’agit d’employés de l’entreprise sociale Dixon Hall, chargée par la municipalité d’assurer la sécurité tout au long de la nuit.

Quand la grande salle est vide, les bénévoles débarrassent, nettoient et rangent le mobilier, et installent 45 matelas. Cinq matelas supplémentaires sont installés dans une autre salle pour l’hébergement d’urgence de gens qui se présenteraient pendant la nuit.

Ceux qui s’apprêtent à dormir ici patientent en file indienne à l’entrée, dans l’ordre de leur arrivée. Quand on les laisse entrer, certains se dépêchent de prendre telle ou telle place qui leur paraît meilleure.

Côté bénévoles, l’équipe du soir remplace l’équipe dîner pour faire la vaisselle, le petit-déjeuner, et préparer des sacs déjeuner. Deux heures plus tard, ces bénévoles traversent silencieusement la grande salle transformée en dortoir, et rentrent chez eux. Seuls restent les quelques employés responsables de la sécurité et de l’accueil des retardataires.

Le lever au sous-sol de la Eastminster United Church.
Le lever au sous-sol de la Eastminster United Church.

Réveil plus silencieux

Lendemain matin, 6h, les bénévoles arrivent au compte-gouttes, en silence à travers le dortoir. Ils préparent le café, la vaisselle, les tartines grillées et beurrées.

Au moment du réveil, les matelas sont empilés dans un coin, les tables et chaises sont réinstallées et un buffet de petit-déjeuner dressé. Le repas est plus silencieux que le dîner.

Avant de partir, un homme explique qu’il ira dans un autre centre d’accueil la nuit prochaine. En attendant, il patientera. Quand on est à la rue, on s’ennuie beaucoup.

D’après lui, si donner de la nourriture est bien intentionné, cela est parfois peu utile: un jour, il s’est excusé de refuser un sandwich, en montrant qu’on lui en avait déjà donné cinq.

Pas de jugement svp

Il se rappelle aussi une conversation avec une amie, autrefois, avant qu’il ne connaisse la rue, quand il avait encore un travail dans l’industrie automobile à Calgary: il avait donné quelques dollars à un mendiant, et cette amie avait réagi: «C’est sûr qu’il va aller les dépenser pour boire». «Et nous, où allons-nous, maintenant?», avait-il répondu. «Au pub, boire un verre. Pourquoi n’aurait-il pas le droit de boire un verre, lui aussi?»

De quoi ont besoin les gens de la rue? Un peu d’argent, bien sûr, ne serait-ce que pour se déplacer d’un centre à l’autre.

Mais surtout de regards respectueux, sans jugement. C’est ce que tentent d’offrir ces centres d’accueil Out Of The Cold. Les bénévoles, eux, semblent apprécier beaucoup de pouvoir contribuer. Certains participent depuis des dizaines d’années.


Mentionnons que la Ville de Toronto a recensé quelques-unes des choses que l’on peut faire pour les personnes sans domiciles.

Nettoyage de matelas pendant le petit-déjeuner.
Nettoyage de matelas pendant le petit-déjeuner.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32

Une supplémentaire à Toronto pour Louis-José Houde

Louis-José Houde (Photo: Yves Lefebvre)

Ayant déjà vendu tous les billets pour le spectacle de l’humoriste Louis-José Houde le jeudi 4 mai, Francophonie en Fête ajoute une supplémentaire le vendredi 5 mai, toujours au théâtre Randolph (736 Bathurst au sud de Bloor). Les billets sont en vente en ligne. C’est la première fois que Francophonie en Fête, qui organise plusieurs concerts et d’autres activités pendant […]


21 mars 2017 à 0h30

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une […]


21 mars 2017 à 0h29

Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles […]


21 mars 2017 à 0h28

Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics […]


21 mars 2017 à 0h27
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur