Études supérieures en français à Toronto: de plus en plus d’options

Ministres du gouvernement de l'Ontario et représentants des collèges et universités étaient tout sourire jeudi au campus Glendon de l'Université York.

Le gouvernement provincial débloque 16,5 millions $ pour aider les universités et collèges à amplifier leurs programmes et services en français, y compris une expansion déjà en cours au Collège universitaire Glendon de l’Université York, au Collège Boréal et à la Cité collégiale dans la région du grand Toronto

Le plan d’action pour l’éducation postsecondaire en langue française, dévoilé jeudi au Collège Glendon par les ministres Madeleine Meilleur (Affaires francophones) et Brad Duguid (Collèges et Universités), veut permettre d’augmenter l’accès aux études postsecondaires et aux services connexes en français dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario.

Les ministres ont également annoncé la création prochaine d’un comité consultatif sur l’éducation postsecondaire en français.

Le plan constitue un premier suivi aux recommandations d’un groupe d’experts et du commissaire aux services en français, qui soulignaient que seulement 3% des francophones du Centre-Sud-Ouest allaient au collège ou à l’université en français, vu le peu de programmes offerts.

Le commissaire François Boileau considère d’ailleurs que le plan annoncé «ouvre la voie au développement et à la mise en œuvre de solutions concrètes et pragmatiques» pour remédier à ce faible taux d’accès aux études supérieures en français dans la région.

«Dans un climat de restrictions budgétaires», ajoute-t-il, «le gouvernement fait preuve de vision en investissant dans l’avenir de la communauté francophone et francophile, et dans l’atout indéniable que représente une population parlant les deux langues officielles au pays dans une économie de plus en plus compétitive.»

Bouquet d’universités

On est encore loin de la création d’une véritable université franco-ontarienne, mais on veut déjà permettre «à tous les établissements francophones, dont l’Université d’Ottawa et l’Université Laurentienne, de se qualifier pour du financement afin d’offrir des programmes en français dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario en partenariat avec une université ou un collège local».

On encourage aussi des partenariats entre les établissements d’enseignement postsecondaire bilingues et les organismes de prestation de services d’emploi et de formation pour créer davantage de programmes en français.

«Aider les étudiants francophones à réussir dans leur langue signifie améliorer l’accès à la formation et à l’éducation nécessaires pour obtenir de bons emplois, diversifier notre main-d’œuvre et renforcer l’économie», a déclaré Brad Duguid.

«Le plan d’action créera plus d’options pour les étudiants, apprentis et autres apprenants francophones», a résumé Madeleine Meilleur.

Autonomie de Glendon

Le commissaire François Boileau s’interroge tout de même sur l’autonomie du Collège Glendon. «Bien que ce plan d’action propose d’évaluer la capacité du Collège Glendon à offrir plus de programmes en français, il fait abstraction de la question de la gouvernance par les francophones, qui s’avère pourtant cruciale pour assurer la protection des programmes en français actuels et leur développement», a indiqué le commissaire.

Glendon appartient, en effet, à l’Université York, qui n’est pas une institution francophone ni même vraiment bilingue. «Le Collège Glendon n’a actuellement aucun pouvoir de décision réel dans la création de nouveaux programmes en français sans le consentement de l’Université York.»

Qu’à cela ne tienne, pour le recteur et vice-chancelier Mamdouh Shoukri, cette annonce gouvernementale est un «vote de confiance» envers l’Université York, qui est «fière de s’associer au gouvernement pour élargir et améliorer les programmes et services destinés à appuyer l’éducation en langue française et bilingue».

Succès de Boréal

Quant au comité consultatif annoncé, M. Boileau s’inquiète «que l’échéancier proposé soit trop éloigné». Il importe aussi, dit-il, «qu’une place de choix soit accordée aux établissements postsecondaires qui offrent déjà des programmes en français dans le Centre-Sud-Ouest au sein de ce comité, tels que le Collège Boréal par exemple, qui travaille sur le terrain depuis dix ans».

Le nouveau président du Collège Boréal, Pierre Riopel, a bien accueilli le plan d’action du gouvernement ontarien, qui «s’aligne parfaitement», dit-il, «avec les contributions, les succès et la croissance tangibles du Collège depuis que le gouvernement lui a confié, en 2002, le mandat de l’éducation collégiale en français dans cette région.»

Depuis que le Collège Boréal (dont le campus principal est à Sudbury) a pignon sur rue au 1, rue Yonge, à Toronto, le nombre d’étudiants inscrits a bondi de près de 20% et le nombre de programmes offerts a crû de 72%.

«Nous nous sentons privilégiés d’avoir pignon sur rue à Toronto, en plus des 15 autres centres d’accès situés à Barrie, Hamilton, London, Niagara (Welland), Windsor et Mississauga», précise-t-il.

États généraux

L’Ontario compte plus de 600 000 francophones, soit la plus importante population francophone au Canada hors Québec. Plus du tiers de la population francophone de la province vit dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario. D’ici 2020, plus de la moitié de la population francophone de l’Ontario résidera dans ces régions.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) accueille positivement ce développement. «C’est un premier pas dans la bonne direction et nous ne pouvons que saluer cette initiative qui offre une piste d’amélioration.»

«Toutefois», a déclaré le président de l’AFO, Denis Vaillancourt, «cela n’occulte pas la réflexion à long terme que doit mener la communauté franco-ontarienne sur l’avenir de l’éducation postsecondaire en français et sur la question de gouvernance par et pour les francophones.»

M. Vaillancourt invite les gens à participer aux prochaines consultations régionales organisées dans le cadre des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français (à Toronto le 9 novembre) et à y exprimer leurs points de vue.

Ces consultations sont organisées par le Regroupement des étudiants franco-ontariens (RÉFO). Son représentant au Collège Glendon, Éric Desrochers, a déclaré jeudi qu’il trouvait «très encourageants» les efforts du gouvernement pour trouver une solution immédiate à l’accès au postsecondaire en français. «À moyen terme, les étudiants continuent de croire que la gouvernance est la solution pour garantir un accès permanent aux études en français», dit-il.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Serge Gainsbourg réincarné en Stefie Shock à Francophonie en fête

Stefie Shock

Jacques Charette a vu Stefie Shock chanter Serge Gainsbourg aux Francofolies de Montréal cet été, et il s’est tout de suite affairé à faire venir à Toronto ce spectacle, mettant également en vedette Fanny Bloom, Pascale Bussières et Gaële, à son festival Francophonie en fête en septembre. Toronto accueillera donc, le samedi 24 septembre au […]


30 août 2016 à 12h28

Dormir derrière les barreaux, ça vous dit ?

L’ancienne prison d’Ottawa: une cellule individuelle. (Photo: Janine Messadié)

Il existe de nombreuses prisons transformées en hôtels de luxes ou en auberge de jeunesse à travers le monde. De Boston à Istanbul, en passant par Helsinki, Amsterdam Londres ou Liepaja en Lettonie, ces centres d’hébergement insolites offerts à des prix abordables, font la joie des voyageurs et des vacanciers, mais attention… car plusieurs sont […]


30 août 2016 à 12h24

Frédéric Choinière tente de vivre 100% canadien

Frédéric Choinière dans son appartement torontois qu'il commence à équiper 100% canadien.

Pendant quatre saisons, le journaliste Frédéric Choinière, basé à Toronto, veut se nourrir, se vêtir, se loger, se divertir et se déplacer avec des produits et services exclusivement canadiens. C’est le défi qu’il s’est donné et que documentera pour Unis TV la maison de production Machine Gum du réalisateur Philippe Burnet. Il en résultera une […]


30 août 2016 à 12h22

Les jeunes devront protéger le Canada des guerres culturelles

John Ralston Saul devant les jeunes ambassadeurs du Français pour l'avenir (avec la directrice générale Pier-Nadeige Jutras) le 24 août à UofT.

«Le Canada a été construit par les Autochtones, les Français, les Anglais et par… les erreurs des gouvernements étrangers.» En effet, ces «erreurs» (guerres, dictatures, famines) ont provoqué chaque fois des vagues d’immigration vers le Canada: des Ukrainiens fuyant Staline aux réfugiés syriens d’aujourd’hui, en passant par les Hongrois et les Vietnamiens… C’est ce que […]


30 août 2016 à 12h20

Damien Robitaille, son chien Suki, et d’autres nouveautés à UnisTV

Damien Robitaille et Suki dans Voyage de chien à UNIS TV les mardi 19H30.

Le chanteur et musicien franco-ontarien Damien Robitaille et son chien Suki parcourent l’Ontario et le Manitoba, à la découverte d’humains, d’animaux et d’activités dignes de mention. C’est le concept de Voyage de chien, une série qui commence le 6 septembre à 19h30, parmi les nouvautés de la saison d’Unis TV. Le réseau francophone pancanadien de […]


30 août 2016 à 12h18

Claudette Jaiko élue présidente du Labo

Karine Barrass et Claudette Jaiko.

La cinéaste Claudette Jaiko a succédé à l’artiste de performance Julie Lassonde à la présidence du Labo, lors de l’assemblée générale annuelle du centre d’arts médiatiques jeudi soir au Coq of the Walk by Point Bar. Mme Jaiko a été élue à l’unanimité. Julie Lassonde s’est dite très fière de tout ce que le Labo […]


30 août 2016 à 12h16

Cadix, «la tacita de plata»

cadix1

Affectueusement nommée «la tacita de plata» (la petite tasse d’argent), Cadix regarde fièrement la mer de son promontoire rocheux. Trois fois millénaire, la Gadir phénicienne est la ville la plus ancienne de la péninsule et probablement de tout l’Occident. Magnifique chef-lieu de l’Andalousie, Cadix, avec ses maisons blanches et ses coupoles, se définit par son […]


30 août 2016 à 12h14

Suicide ou aide médicale à mourir?

La page d'accueil du site de Dignitas en Suisse.

Le 18 août 2016, après 45 ans de lutte contre la sclérose en plaques, ma sœur jumelle a choisi de mettre fin à ses jours. Pour ce faire, elle a dû se rendre chez  Dignitas – Vivre dignement – Mourir dignement, en Suisse, pour «un suicide assisté». Le Canada ne pouvait pas lui permettre de […]


30 août 2016 à 12h12

Être séparé ne veut pas dire être divorcé

divorce

Lorsqu’un couple marié se sépare, il est fortement recommandé que chacune des deux parties consulte un juriste exerçant en droit familial pour connaître leurs droits et responsabilités. S’il leur est possible de s’entendre à l’amiable, les parties pourront conclure un accord de séparation par lequel elles conviendront notamment du partage de leurs biens et de […]


30 août 2016 à 12h10

Déficience intellectuelle: des adultes abandonnés par leur famille découragée

Le protecteur du citoyen de l'Ontario, Paul Dubé, et son rapport sur les situations de crise impliquant des personnes ayant une déficience intellectuelle.

«L’échec systémique» de l’Ontario à venir en aide à des familles désespérées et vulnérables, qui se trouvent dans l’incapacité de s’occuper d’un être cher atteint de déficience intellectuelle, a plongé beaucoup d’entre elles dans des situations difficiles et souvent dangereuses, selon l’ombudsman Paul Dubé. Dans un rapport intitulé Dans l’impasse, paru cette semaine, le protecteur […]


30 août 2016 à 12h08
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur