Études supérieures en français à Toronto: de plus en plus d’options

Ministres du gouvernement de l'Ontario et représentants des collèges et universités étaient tout sourire jeudi au campus Glendon de l'Université York.

Le gouvernement provincial débloque 16,5 millions $ pour aider les universités et collèges à amplifier leurs programmes et services en français, y compris une expansion déjà en cours au Collège universitaire Glendon de l’Université York, au Collège Boréal et à la Cité collégiale dans la région du grand Toronto

Le plan d’action pour l’éducation postsecondaire en langue française, dévoilé jeudi au Collège Glendon par les ministres Madeleine Meilleur (Affaires francophones) et Brad Duguid (Collèges et Universités), veut permettre d’augmenter l’accès aux études postsecondaires et aux services connexes en français dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario.

Les ministres ont également annoncé la création prochaine d’un comité consultatif sur l’éducation postsecondaire en français.

Le plan constitue un premier suivi aux recommandations d’un groupe d’experts et du commissaire aux services en français, qui soulignaient que seulement 3% des francophones du Centre-Sud-Ouest allaient au collège ou à l’université en français, vu le peu de programmes offerts.

Le commissaire François Boileau considère d’ailleurs que le plan annoncé «ouvre la voie au développement et à la mise en œuvre de solutions concrètes et pragmatiques» pour remédier à ce faible taux d’accès aux études supérieures en français dans la région.

«Dans un climat de restrictions budgétaires», ajoute-t-il, «le gouvernement fait preuve de vision en investissant dans l’avenir de la communauté francophone et francophile, et dans l’atout indéniable que représente une population parlant les deux langues officielles au pays dans une économie de plus en plus compétitive.»

Bouquet d’universités

On est encore loin de la création d’une véritable université franco-ontarienne, mais on veut déjà permettre «à tous les établissements francophones, dont l’Université d’Ottawa et l’Université Laurentienne, de se qualifier pour du financement afin d’offrir des programmes en français dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario en partenariat avec une université ou un collège local».

On encourage aussi des partenariats entre les établissements d’enseignement postsecondaire bilingues et les organismes de prestation de services d’emploi et de formation pour créer davantage de programmes en français.

«Aider les étudiants francophones à réussir dans leur langue signifie améliorer l’accès à la formation et à l’éducation nécessaires pour obtenir de bons emplois, diversifier notre main-d’œuvre et renforcer l’économie», a déclaré Brad Duguid.

«Le plan d’action créera plus d’options pour les étudiants, apprentis et autres apprenants francophones», a résumé Madeleine Meilleur.

Autonomie de Glendon

Le commissaire François Boileau s’interroge tout de même sur l’autonomie du Collège Glendon. «Bien que ce plan d’action propose d’évaluer la capacité du Collège Glendon à offrir plus de programmes en français, il fait abstraction de la question de la gouvernance par les francophones, qui s’avère pourtant cruciale pour assurer la protection des programmes en français actuels et leur développement», a indiqué le commissaire.

Glendon appartient, en effet, à l’Université York, qui n’est pas une institution francophone ni même vraiment bilingue. «Le Collège Glendon n’a actuellement aucun pouvoir de décision réel dans la création de nouveaux programmes en français sans le consentement de l’Université York.»

Qu’à cela ne tienne, pour le recteur et vice-chancelier Mamdouh Shoukri, cette annonce gouvernementale est un «vote de confiance» envers l’Université York, qui est «fière de s’associer au gouvernement pour élargir et améliorer les programmes et services destinés à appuyer l’éducation en langue française et bilingue».

Succès de Boréal

Quant au comité consultatif annoncé, M. Boileau s’inquiète «que l’échéancier proposé soit trop éloigné». Il importe aussi, dit-il, «qu’une place de choix soit accordée aux établissements postsecondaires qui offrent déjà des programmes en français dans le Centre-Sud-Ouest au sein de ce comité, tels que le Collège Boréal par exemple, qui travaille sur le terrain depuis dix ans».

Le nouveau président du Collège Boréal, Pierre Riopel, a bien accueilli le plan d’action du gouvernement ontarien, qui «s’aligne parfaitement», dit-il, «avec les contributions, les succès et la croissance tangibles du Collège depuis que le gouvernement lui a confié, en 2002, le mandat de l’éducation collégiale en français dans cette région.»

Depuis que le Collège Boréal (dont le campus principal est à Sudbury) a pignon sur rue au 1, rue Yonge, à Toronto, le nombre d’étudiants inscrits a bondi de près de 20% et le nombre de programmes offerts a crû de 72%.

«Nous nous sentons privilégiés d’avoir pignon sur rue à Toronto, en plus des 15 autres centres d’accès situés à Barrie, Hamilton, London, Niagara (Welland), Windsor et Mississauga», précise-t-il.

États généraux

L’Ontario compte plus de 600 000 francophones, soit la plus importante population francophone au Canada hors Québec. Plus du tiers de la population francophone de la province vit dans le centre et le sud-ouest de l’Ontario. D’ici 2020, plus de la moitié de la population francophone de l’Ontario résidera dans ces régions.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) accueille positivement ce développement. «C’est un premier pas dans la bonne direction et nous ne pouvons que saluer cette initiative qui offre une piste d’amélioration.»

«Toutefois», a déclaré le président de l’AFO, Denis Vaillancourt, «cela n’occulte pas la réflexion à long terme que doit mener la communauté franco-ontarienne sur l’avenir de l’éducation postsecondaire en français et sur la question de gouvernance par et pour les francophones.»

M. Vaillancourt invite les gens à participer aux prochaines consultations régionales organisées dans le cadre des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français (à Toronto le 9 novembre) et à y exprimer leurs points de vue.

Ces consultations sont organisées par le Regroupement des étudiants franco-ontariens (RÉFO). Son représentant au Collège Glendon, Éric Desrochers, a déclaré jeudi qu’il trouvait «très encourageants» les efforts du gouvernement pour trouver une solution immédiate à l’accès au postsecondaire en français. «À moyen terme, les étudiants continuent de croire que la gouvernance est la solution pour garantir un accès permanent aux études en français», dit-il.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Retour du Salon virtuel de l’emploi du RDÉE

salon virtuel de lemploi

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada) et ses organismes membres organisent une 2e édition du Salon virtuel de l’emploi les mercredi 22 et jeudi 23 février, de 9h à 21h. L’an dernier, plus de 13 000 visiteurs avaient examiné, en ligne, une bonne centaine de postes francophones ou bilingues affichés par une […]


16 février 2017 à 14h39

Hydro-Québec veut exporter son électricité et même s’implanter à l’étranger

Éric Martel, pdg d'Hydro-Québec, à la tribune conjointe des Canadian Club et Club canadien de Toronto le 15 février.

En plus de développer ses exportations d’électricité dans les provinces canadiennes et les états américains voisins, Hydro-Québec veut commercialiser ses innovations, comme une nouvelle batterie permettant de conserver l’énergie solaire ou éolienne, et veut acquérir des actifs à l’étranger, comme dernièrement le Réseau de l’intelligence électrique en France. C’est la stratégie de la société d’État québécoise, qu’a […]


16 février 2017 à 11h01

6000 $ à PoM pour des vidéos encourageant les jeunes à s’occuper de leur santé… en français

Gilles Marchildon (DG de Reflet Salvéo), Olga Lambert (co-DG de PoM), Fatoumata Keita (présidente de PoM),  Georgette Amihere (co-DG de PoM), Nicholas Ng (membre du CA de Reflet Salvéo et membre du Jury).

C’est PoM – Un Monde de Cultures qui a remporté le concours de projets Ma communauté s’engage! et sa bourse de 6000 $ accordée par Reflet Salvéo, qui lui offrira son appui technique. L’annonce a été faite le 15 février dans les bureaux de Reflet Salvéo, au cours d’une cérémonie informelle diffusée en direct sur […]


15 février 2017 à 19h46

Des lumières en mémoire des disparus de la tuerie de Québec

Veillée au Collège Français

Un peu plus d’une semaine après l’attentat perpétré au Centre culturel islamique de Québec le dimanche 29 janvier, des élèves, des enseignants et des gens de la communauté francophone de Toronto sont venus rendre hommage aux disparus de la tuerie au Collège français mardi soir dernier. Un moment simple et beau illuminé par les chandelles que chacun tentait de […]


13 février 2017 à 20h32

Geste solidaire des élèves de l’école Gabrielle-Roy

Des élèves et du personnel de Gabrielle-Roy en visite à la mosquée. (Photo: Émeline Bertel)

C’est une sortie scolaire pas comme les autres pour 25 élèves de 5e et 6e année de l’école Gabrielle-Roy, au centre-ville de Toronto. Mardi dernier, 7 février, ils se sont rendus à la mosquée Masjid Omar Bin Khatab, sur la rue Parliament, pour offrir à la communauté musulmane des fleurs et des lettres de soutien suite […]


13 février 2017 à 20h30

Des pigeons affamés envahissent le TFT

Une scène de #PigeonsAffamés, du Théâtre du Trillium. (Photo: Marianne Duval)

C’est seulement pour quelques représentations, du 23 au 26 février, que la nouvelle création théâtrale de Anne-Marie White, #PigeonsAffamés, prend ses quartiers au Théâtre français de Toronto. Entre texte, musique et danse, l’oeuvre se veut une expérience à la fois puissante, nostalgique et moderne, sublimée par la mise en scène de l’auteure et par les chorégraphies signées […]


13 février 2017 à 20h28

Incapable de mourir dignement au Canada

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.

Depuis la légalisation de l’aide médicale à mourir en juin 2016, il y aurait en moyenne cinq cas par semaine juste en Ontario. La loi fédérale ne garantit cependant pas une pleine éligibilité à ce processus. Notre collaborateur Paul-François Sylvestre raconte comment sa sœur a dû se rendre en Suisse pour mourir dignement. L’auteur de Ma […]


13 février 2017 à 20h26

FrancoFoot se rend jusqu’en finale de la Ontario Indoor Cup

À g,: l'entraîneur Zili et le président de FrancoFoot Jean-Pierre Boué, avec ses joueurs et ceux du club de Cherry Beach.

L’équipe torontoise de soccer FrancoFoot, associée au club de Cherry Beach, a perdu 3-0 en finale de la Ontario Indoor Cup pour les moins de 18 ans, dimanche, contre North Scarborough. La veille, l’équipe de Jean-Pierre Boué (président) et de l’entraîneur Zili avait défait King City en demi-finale dans un match enlevant. (Vidéo ci-dessous: des arrêts […]


13 février 2017 à 20h24

Vancouver: trois incontournables et une découverte

Le Centre des Sciences de Vancouver vu du village olympique.

Vancouver émerveille l’amoureux de la nature ou le plus citadin en vous avec son paysage haut en couleur et ses quartiers riches en culture. La cité portuaire du Pacifique offre en plus une panoplie d’activités pour tous les goûts et tous les budgets. Derrière Toronto et Montréal, la métropole de la Colombie-Britannique arrive en huitième […]


13 février 2017 à 20h22

Tempeh: l’ingrédient indonésien qui se refait une santé en Ontario

L’équipe d’Henry’s Tempeh: Jason Jurchuk, Phil Diceanu, Paul Sauder.

Une entreprise alimentaire ontarienne est en pleine expansion afin de répondre à la demande croissante de tempeh, un aliment populaire de la cuisine santé qui est facile à digérer et fait à base de soya. L’entreprise Henry’s Tempeh vient tout juste d’emménager dans de nouvelles installations à Kitchener et accroît ses capacités de transformation afin de […]


13 février 2017 à 20h20
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur