Être bilingue n’empêche pas de choisir sa langue en Cour

L'édifice de l'Industrielle Alliance à Toronto.

L'édifice de l'Industrielle Alliance à Toronto.


15 mai 2017 à 11h26

Les droits constitutionnels et quasi constitutionnels des témoins et de l’avocat en matière de langues officielles ont-ils été enfreints au cours d’une audience devant la Cour canadienne de l’impôt, lorsque le juge a voulu se montrer «pragmatique» en considérant que, puisque les intervenants étaient bilingues ou un peu bilingues, on pouvait procéder sans interprétation, tantôt en anglais, tantôt en français?

Le juge Richard Boivin, de la Cour d’appel fédérale, a tranché dans l’affirmative, avec l’accord de ses collègues, la juge Johanne Gauthier et le juge Yves de Montigny, dans ses motifs du jugement, rendus le 20 avril dernier dans le dossier Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. c. Mazraani, 2017 CAF 80.

Le juge Boivin écrit: «les efforts du juge qui visait à se montrer ‘pragmatique’, pour éviter de lever la séance et d’obtenir des services d’interprétation, ont donné lieu à la violation non seulement des droits en matière de langues officielles de Me Turgeon et des témoins, mais également de ceux de M. Mazraani. Il n’était tout simplement pas loisible au juge de transiger sur les droits en matière de langues officielles de tous les participants à l’instance. En ne s’acquittant pas de son obligation de veiller à la protection des droits en matière de langues officielles en l’espèce, le juge a causé la violation de ces droits… Le pragmatisme ne l’emporte pas sur l’obligation de respecter les droits en matière de langues officielles de tous au cours de l’instruction des instances judiciaires.»

Compte tenu de la violation des droits linguistiques de l’avocat francophone et des témoins francophones de la compagnie, ainsi que des droits linguistiques du contribuable anglophone, l’appel de la décision a été accueilli, le jugement de première instance a été annulé et l’affaire a été renvoyée à la Cour canadienne de l’impôt pour qu’elle ordonne la tenue d’une nouvelle audience, présidée par un autre juge.

Né à Montréal, le juge Richard Boivin a étudié au Collège de Montréal (Louis Riel a aussi étudié à ce collège), à l’Université de Montréal, Min. Hist. (1985), à l’Université d’Ottawa, LL.L (1988), B.A. (1990), LL.M. (1995) et à l’Université de Londres, LL.M. (1991) (King’s College).

L’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est une société d’assurances de personnes dont le siège social est établi dans la ville de Québec. Fondée en 1892, l’Industrielle Alliance (iA Groupe financier) fête cette année ses 125 ans. Elle offre des produits d’assurance vie et maladie, d’épargne et de retraite (REER, CELI, etc.), de fonds distincts et de fonds communs de placement, de valeurs mobilières, d’assurance auto et habitation, de prêts hypothécaires et de prêts autos, ainsi que d’autres produits et services financiers.

Inscrite en bourse, la société se classe parmi les plus grandes compagnies d’assurance au Canada: elle administre plus de 109,5 milliards $, compte plus de 4 millions de clients et a plus de 5000 employés. Son réseau compte plus de 25 000 conseillers. Ayant obtenu de la Cour d’appel fédérale, le respect de ses droits linguistiques ainsi que de ceux de la partie adverse, l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est maintenant en position de s’interroger si elle respecte les droits linguistiques des membres de la communauté franco-ontarienne.

Un nom en français et un nom en anglais mais affichage seulement en anglais

Au volet français du site de la Commission des services financiers de l’Ontario, on peut constater que Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est inscrite sous son nom français. Tel n’est toutefois pas le cas dans l’affichage extérieur de son édifice situé au cœur de la métropole canadienne: seule la version anglaise de son nom apparaît sur la façade du 522, rue University, à Toronto.

On peut présumer que la décision de s’afficher seulement dans la langue de la majorité linguistique a été prise à l’époque où les tribunaux de l’Ontario (dont la Cour supérieure de justice, la Cour des successions et la Cour d’appel qui sont situées à quelques pas de l’édifice du 522, rue University ) n’étaient pas bilingues.

Maintenant que le français et l’anglais sont les deux langues officielles de nos tribunaux et compte tenu que les sociétés ont le droit de s’afficher dans la ou les langues officielles de leur choix, la direction de iA Groupe financier voudra sans doute profiter d’une éventuelle mise à jour de sa publicité extérieure pour y ajouter son nom d’affaires en français.

Le cas échéant, cela pourrait alors inciter les autres sociétés canadiennes-françaises (Banque nationale du Canada, Desjardins…) établies à Toronto à s’afficher également dans les deux langues officielles.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur