Être bilingue n’empêche pas de choisir sa langue en Cour

L'édifice de l'Industrielle Alliance à Toronto.

L'édifice de l'Industrielle Alliance à Toronto.


15 mai 2017 à 11h26

Les droits constitutionnels et quasi constitutionnels des témoins et de l’avocat en matière de langues officielles ont-ils été enfreints au cours d’une audience devant la Cour canadienne de l’impôt, lorsque le juge a voulu se montrer «pragmatique» en considérant que, puisque les intervenants étaient bilingues ou un peu bilingues, on pouvait procéder sans interprétation, tantôt en anglais, tantôt en français?

Le juge Richard Boivin, de la Cour d’appel fédérale, a tranché dans l’affirmative, avec l’accord de ses collègues, la juge Johanne Gauthier et le juge Yves de Montigny, dans ses motifs du jugement, rendus le 20 avril dernier dans le dossier Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. c. Mazraani, 2017 CAF 80.

Le juge Boivin écrit: «les efforts du juge qui visait à se montrer ‘pragmatique’, pour éviter de lever la séance et d’obtenir des services d’interprétation, ont donné lieu à la violation non seulement des droits en matière de langues officielles de Me Turgeon et des témoins, mais également de ceux de M. Mazraani. Il n’était tout simplement pas loisible au juge de transiger sur les droits en matière de langues officielles de tous les participants à l’instance. En ne s’acquittant pas de son obligation de veiller à la protection des droits en matière de langues officielles en l’espèce, le juge a causé la violation de ces droits… Le pragmatisme ne l’emporte pas sur l’obligation de respecter les droits en matière de langues officielles de tous au cours de l’instruction des instances judiciaires.»

Compte tenu de la violation des droits linguistiques de l’avocat francophone et des témoins francophones de la compagnie, ainsi que des droits linguistiques du contribuable anglophone, l’appel de la décision a été accueilli, le jugement de première instance a été annulé et l’affaire a été renvoyée à la Cour canadienne de l’impôt pour qu’elle ordonne la tenue d’une nouvelle audience, présidée par un autre juge.

Né à Montréal, le juge Richard Boivin a étudié au Collège de Montréal (Louis Riel a aussi étudié à ce collège), à l’Université de Montréal, Min. Hist. (1985), à l’Université d’Ottawa, LL.L (1988), B.A. (1990), LL.M. (1995) et à l’Université de Londres, LL.M. (1991) (King’s College).

L’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est une société d’assurances de personnes dont le siège social est établi dans la ville de Québec. Fondée en 1892, l’Industrielle Alliance (iA Groupe financier) fête cette année ses 125 ans. Elle offre des produits d’assurance vie et maladie, d’épargne et de retraite (REER, CELI, etc.), de fonds distincts et de fonds communs de placement, de valeurs mobilières, d’assurance auto et habitation, de prêts hypothécaires et de prêts autos, ainsi que d’autres produits et services financiers.

Inscrite en bourse, la société se classe parmi les plus grandes compagnies d’assurance au Canada: elle administre plus de 109,5 milliards $, compte plus de 4 millions de clients et a plus de 5000 employés. Son réseau compte plus de 25 000 conseillers. Ayant obtenu de la Cour d’appel fédérale, le respect de ses droits linguistiques ainsi que de ceux de la partie adverse, l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est maintenant en position de s’interroger si elle respecte les droits linguistiques des membres de la communauté franco-ontarienne.

Un nom en français et un nom en anglais mais affichage seulement en anglais

Au volet français du site de la Commission des services financiers de l’Ontario, on peut constater que Industrielle Alliance, Assurance et services financiers Inc. est inscrite sous son nom français. Tel n’est toutefois pas le cas dans l’affichage extérieur de son édifice situé au cœur de la métropole canadienne: seule la version anglaise de son nom apparaît sur la façade du 522, rue University, à Toronto.

On peut présumer que la décision de s’afficher seulement dans la langue de la majorité linguistique a été prise à l’époque où les tribunaux de l’Ontario (dont la Cour supérieure de justice, la Cour des successions et la Cour d’appel qui sont situées à quelques pas de l’édifice du 522, rue University ) n’étaient pas bilingues.

Maintenant que le français et l’anglais sont les deux langues officielles de nos tribunaux et compte tenu que les sociétés ont le droit de s’afficher dans la ou les langues officielles de leur choix, la direction de iA Groupe financier voudra sans doute profiter d’une éventuelle mise à jour de sa publicité extérieure pour y ajouter son nom d’affaires en français.

Le cas échéant, cela pourrait alors inciter les autres sociétés canadiennes-françaises (Banque nationale du Canada, Desjardins…) établies à Toronto à s’afficher également dans les deux langues officielles.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Changements mineurs à la Loi antiterrorisme

L’édifice de l’administration du SCRS à Ottawa. (Photo: Normand Lester via Wikimedia Commons)
Un nouvel organisme de surveillance superviserait toutes les agences qui recueillent du renseignement de sécurité au pays.
En lire plus...

20 juin 2017 à 16h39

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur