Du poisson écologique dans votre assiette

poissons-peche-victoria-reay

Dans votre assiette frétillera peut-être un jour un poisson qui sera meilleur pour votre santé et pour l’environnement. Ce poisson «écologique»  renfermera une forte concentration d’oméga-3 et d’antioxydants tout en consommant moins de sous-produits de la pêche.

Imaginé en laboratoire et conçu dans les bassins d’aquaculture gaspésiens, cet animal aquatique ne proviendra pas du génie génétique, mais de sélection naturelle et du génie biochimique. «Choisir les bons poissons par sélection et les croiser pour concevoir des poissons adaptés à une nouvelle diète plus économique et capable de résoudre un problème environnemental, c’est un beau défi», indique le professeur de biologie de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Pierre Blier.

Dans les filets de l’équipe de recherche québécoise réside un poisson indigène, l’omble chevalier, connu aussi sous le nom de «truite d’élevage». Or, il y a pour l’instant une grosse lacune dans cet élevage, aux yeux du Pr Blier: l’alimentation naturelle de ce poisson carnivore est essentiellement composée d’autres poissons et invertébrés aquatiques.

Pêcher des poissons pour produire du poisson constitue un non-sens pour ce biologiste: «faire de la chair de poisson en le nourrissant de poissons prélevés en mer est une aberration alors que l’on a un problème de mauvaise utilisation des ressources halieutiques».

Poisson à la diète

La clé serait donc de changer la diète de ces poissons d’élevage en leur donnant des huiles végétales (huile de lin) plutôt que des huiles de poisson. Une substitution destinée à stimuler la capacité des poissons à produire des oméga-3 à partir des précurseurs végétaux.

De plus, l’équipe vise à enrichir l’alimentation d’un antioxydant naturel (astaxanthine) que l’on trouve dans les pigments naturels des homards et des crevettes.

«Chez les poissons alimentés de cette manière, on ne remarque pas de différence de croissance, bien que la teneur en oméga-3 ne soit pas optimale», note le chercheur. Ce nouveau régime, s’il réussit au poisson, pourrait être profitable à celui qui s’en nourrit.

Ce qui pousse le Pr Blier à envisager, en plus du programme de sélection de meilleurs spécimens, de réintroduire une semaine d’alimentation en huile de poisson en toute dernière étape, avant la mise en marché. «Pour rattraper le niveau attendu des bons gras», relève le chercheur.

Une autre avenue explorée consiste à faire jeûner le poisson. Plutôt que de donner des rations alimentaires optimales, imposer une période de restriction à basse température n’entraînerait aucune perte de masse l’été suivant et générerait même des économies (moins d’alimentation, moins d’entretien et de manipulations).

«Cela se produit au naturel durant les deux mois d’hiver et il y a ensuite une période de rattrapage de la croissance», assure le Pr Blier.

Poisson hybride

En parallèle, l’équipe de recherche de l’UQAR tente de croiser l’omble chevalier et l’omble fontaine pour obtenir un hybride dont la croissance serait plus rapide et qui résisterait mieux aux maladies des poissons d’élevage. Les premières expérimentations, menées durant 281 jours, n’ont pas montré que les hybrides dépassaient leurs parents.

Toutefois, les organes digestifs de la première génération de poissons hybrides grandiraient plus lentement et seraient plus modestes que ceux de leurs parents – ce qui expliquerait les moins bonnes performances de croissance des poissons.

Par contre, le chercheur garde espoir que la seconde génération pourrait offrir des traits intéressants. «La variabilité génétique obtenue pourrait permettre d’améliorer la résistance aux maladies des poissons d’élevage et leur santé», explique le Pr Blier, qui assure que les croisements respecteront aussi le bon goût du poisson servi dans l’assiette.

Le professeur de biologie marine de l’Université de Colombie-Britannique (UBC), Daniel Pauly, salue les efforts de l’équipe québécoise pour réduire l’empreinte écologique des poissons carnivores que l’on consomme. D’après lui, le Pr Blier essaie de répondre à un problème très difficile. «Les Norvégiens essaient depuis des décennies, sans parvenir à le résoudre et s’il y parvient, il aura réussi à solutionner la quadrature du cercle. C’est un défi technique, mais aussi commercial, car les produits végétaux doivent être meilleur marché et accessibles. Ce n’est pas gagné», soulève le Pr Pauly.

Marché de niche

L’éminent spécialiste des ressources marines, récemment nommé Scientifique de l’année de Radio-Canada 2016, tient toutefois à nuancer le développement futur de l’aquaculture. On commet souvent l’erreur, dit-il, de mélanger deux choses: un premier type d’élevage pratiqué par les populations des pays tropicaux (algues, bivalves, etc.) contribuant à l’augmentation d’aliments à haute valeur nutritive, un second type pratiqué par les pays occidentaux pour développer un marché de niche.

Dans ce dernier cas, il s’agit essentiellement d’une production de poissons carnivores nourris d’aliments protéiniques (farines de poisson). «Cela constitue plus une transformation qu’un réel apport alimentaire. Il s’agit de ‘transformer’ des poissons délaissés par les consommateurs en des poissons plus aimés, cela ne représente pas un réel défi d’alimentation humaine et ne contribue pas à la recherche de solutions pour la sécurité alimentaire mondiale», soutient le Pr Pauly.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur