Donner un sens à son engagement professionnel

«Demande-toi ce qui te fait vivre et agis» – Jay Gosselin de MentorU

Jay Gosselin au Maclean's Student Life Expo à Toronto en octobre 2015.  (Photo: MentorU)

Jay Gosselin au Maclean's Student Life Expo à Toronto en octobre 2015. (Photo: MentorU)


22 novembre 2016 à 0h18

Choisir son avenir professionnel dès le deuxième cycle du secondaire peut s’avérer une tâche très difficile, et s’il est vrai que le personnel scolaire, les parents et la communauté dans laquelle on grandit est là pour nous aider à faire de bons choix, le défi d’orientation peut paraître insurmontable pour l’adolescent qui se cherche encore. Ne sachant pas où diriger ses forces et ses talents, il risque ultimement de faire un choix selon des critères qui ne sont pas nécessairement les siens.

C’est cette expérience qu’a vécue Jay Gosselin, le fondateur de MentorU, une entreprise créée il y a deux ans pour venir en aide à ces jeunes qui ne savent pas dans quelle voie se diriger après le secondaire. Rencontré à Ottawa pour L’Express, le jeune entrepreneur nous explique sa démarche.

«On attend beaucoup trop des jeunes adolescents. On pense qu’ils savent avec exactitude dans quelle voie se diriger lorsqu’ils terminent leur secondaire, mais ce n’est pas toujours le cas. Les études récentes et l’enquête fédérale de 2012 sur le jeunes en transition (EJET), le démontrent, la plupart d’entre eux vivent de grands questionnements devant le choix de leur avenir professionnel, parfois même de l’anxiété ou une détresse mentale.»

«Certains iront jusqu’à abandonner leurs études, d’autres feront la même chose après un an d’université ou changeront de programme à répétition, d’autres encore subiront des échecs parce qu’ils auront fait le mauvais choix, ce qui peut engendrer encore plus de problèmes – faible estime de soi, perte de confiance, désintérêt…»

«Nous leur proposons une pause d’un an avec Discover Year, le programme phare de MentorU,  afin qu’ils puissent plus tard intégrer le marché du travail dans une profession qui leur convient, tout en ayant une vie pleine et satisfaisante.»

14729115_1147492588653496_755110386419900491_n
Jay Gosselin s’adressant à des étudiants réunis au SportsPlex, Nepean, lors de la journée carrière Big Brothers Big Sisters Ottawa

Pour les 18-22 ans

Programme conçu spécifiquement pour les 18-22 ans, Discover Year est une occasion privilégiée de découvertes tant sur le plan personnel, académique et professionnel.

Durant un an, les étudiants ont la possibilité de suivre différents programmes et ateliers qui les aideront non seulement à faire un bilan de leur personnalité pour mieux découvrir leurs forces, leurs faiblesses, leur idéaux – et peut-être identifier des nouveaux centres d’intérêt pour des domaines particuliers encore inexplorés – ils pourront également faire le point sur leurs objectifs, leurs ambitions, leurs valeurs, afin de mieux adapter leur formation à leur projet professionnel, voire leur projet de vie.

Plus encore, sachant que le marché de l’emploi est de plus en plus compétitif, les jeunes pourront développer des compétences que les employeurs recherchent aujourd’hui, tout en affinant leur réflexion sur les particularités de la conjoncture de l’emploi dans laquelle ils évoluent, pour ensuite cibler concrètement et avec plus de confiance une carrière ou un métier dans le secteur ou le domaine d’activité dans lequel ils souhaitent se lancer.

dsc_0745
Jeunes en discussion avec des professionnels au quartier général de Discover Year

Conscience et compétences

«Nous les aidons à s’ouvrir au monde, à découvrir leur capacités… à bâtir leur confiance, à avoir une connaissance intuitive de leurs intérêts, de ce qui les passionne. Discover Year a été construit sur les trois piliers de croissance personnelle: l’apprentissage pratique, la conscience de soi et le développement des compétences clés.»

«Pour maximiser cette croissance personnelle, nous proposons cinq phases de découvertes qui englobent notamment des ateliers de création de CV, de recherche d’emplois, de résolution de problèmes, de réseautage, de belles possibilités d’emploi dans un milieu professionnel, un voyage à l’étranger et un projet communautaire… tout est conçu afin d’amener l’élève à entreprendre des actions orientées vers la réalisation de soi et le plein engagement dans la vie professionnelle.»

Offert uniquement en anglais pour l’instant (en français ultérieurement), le coût de l’année  Discover Year en 2017-2018 est de 4 900 $. Lorsque l’étudiant s’engage, tout est mis en place pour qu’il réussisse haut la main toutes les étapes du cursus. Et pour attirer le plus d’étudiants possible, l’entreprise prévoit offrir de l’aide financière dès l’an prochain.

Entouré d’une équipe de 200 bénévoles, tous experts dans leur domaine, à la fois enracinés dans leur collectivité et ouverts sur le monde – enseignants, conseillers en éducation, entrepreneurs, psychologues, psychothérapeutes, chef des communications, travailleurs sociaux, conseillers en éducation – chacun vient tour à tour partager son expérience, son parcours, sa passion pour le métier, la communauté et la vie de famille.

Des histoires personnelles et humaines, traduisant engagement, persévérance, dévouement, amour, avec cette volonté de transmettre aux jeunes qu’il est possible de donner un sens à sa vie et à l’engagement professionnel.

mentoru-0112-1
Jay Gosselin inaugurant Discover Year en novembre 2015 à l’école secondaire De La Salle, Ottawa

À la rencontre de 12 000 jeunes

Grand curieux, authentique, déterminé, enthousiaste, Jay Gosselin est un jeune entrepreneur au parcours impressionnant, fait de rencontres, de voyages aux quatre coins du monde et de nombreuses expériences auprès des jeunes – notamment à titre de formateur auprès des bénévoles aux Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver.

Plus récemment, son poste d’agent de liaison pour l’université d’Ottawa lui a permis de parcourir le pays à la rencontre de 12 000 étudiants dans leur école secondaire pour leur présenter les choix de programmes académiques à l’université d’Ottawa et échanger avec eux sur le cheminement scolaire et professionnel.

Il complète en ce moment une maîtrise en counseling éducationnel pour parfaire ses connaissances théoriques et ses habiletés pratiques dans les domaines du counseling personnel et du développement de carrière.

Très actif dans la promotion de son entreprise, Jay était à Toronto, début novembre, pour participer à la conférence de l’OSCA/ACOSO : l’Association des conseillères et des conseillers d’orientation scolaire de l’Ontario, un lieu de convergence et de ressources pour les enseignants et les conseillers en éducation.

Il était aussi parmi les exposants du Maclean’s Student Life Expo 2016, le plus grand événement en éducation post secondaire au Canada, qui s’est tenu à la mi-octobre au Palais des congrès de Toronto. Il a connu un si grand succès auprès des jeunes qu’il projette d’offrir le programme Discover Year dans la ville reine en 2018.

Il dit avec un sourire radieux: «MentorU comble un besoin, je le constate tous les jours, et les professionnels qui m’entourent aussi. Plusieurs jeunes du secondaire et de première année à l’université se questionnent : Quel parcours concret vais-je mettre en place? Où serais-je dans 3 ans, 5 ans? Nous sommes là pour les aider à trouver leur voie en leur offrant une année unique pour apprendre, questionner, réfléchir, mûrir, afin qu’ils ne pas passent pas à côté du projet de leurs rêves.»

«Il y a cette citation de Howard Thurman  qui est devenue mon leitmotiv, la raison d’être de MentorU/Discover Year : ‘Ne te demande pas ce dont le monde a besoin. Demande-toi ce qui te fait vivre et agis. Parce que ce dont le monde a besoin, ce sont des gens vivants’.»

Jay Gosselin fait aussi des présentations dans les écoles et on peut le suivre sur Facebook.

mentor_committee
25 des 90 mentors impliqués dans le programme Discover Year, offrant des ateliers et un mentorat individuel pour aider les élèves à explorer différents cheminements professionnels.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Changements mineurs à la Loi antiterrorisme

L’édifice de l’administration du SCRS à Ottawa. (Photo: Normand Lester via Wikimedia Commons)
Un nouvel organisme de surveillance superviserait toutes les agences qui recueillent du renseignement de sécurité au pays.
En lire plus...

20 juin 2017 à 16h39

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur