De la traduction des prénoms

Dans ma plus récente chronique, j’abordais la question des mots d’origine hongroise et tchèque. Le prétexte pour un tel sujet ? Un voyage merveilleux que je venais de faire et qui m’avait inspiré un sujet pour notre rendez-vous dans ces pages.

Évidemment, quand on pense à des mots provenant d’une langue étrangère, on fait tout de suite référence à des noms communs ou à des mots du vocabulaire courant. Mais mon voyage en Europe centrale m’aura permis de découvrir un autre monde fascinant sur le plan linguistique: celui des prénoms. Des prénoms que l’on traduit d’une langue à l’autre et dont on ignore souvent les liens de parenté.

Tout a commencé à Prague. Il y a un endroit formidable dans cette ville, une sorte de grande artère commerciale dominée par quelques beaux édifices, deux rangées de tilleuls et une statue équestre de Venceslas, le saint patron de la République tchèque. La place s’appelle d’ailleurs «place Venceslas» et on l’écrit parfois «place Wenceslas».

Pourtant, en tchèque, on ne trouve aucune trace du nom «Wenceslas» ou «Venceslas» sur les cartes touristiques ou les panneaux d’indications. En tchèque, on écrit «Vaclavske namesti». Il y a bien quelques accents graves et aigus sur des voyelles incongrues et pour lesquelles il serait ardu de trouver où ils se trouvent sur mon clavier français, mais je vous en fais grâce.

Saint Wenceslas, en tchèque, c’est saint Vaclav. Voilà la clé de l’énigme.

Les prénoms tels que nous les connaissons en français ne sont pas toujours semblables dans d’autres langues. Souvent, la ressemblance fait en sorte que l’on associe facilement un prénom français à son équivalent dans des langues étrangères. On sait tous que «Jean» se dit «John» en anglais. Il se dit aussi «Johann» en allemand, «Juan» en espagnol et «Giovanni» en italien. On se doute bien que «Anthony», «Anton» et «Antonio» sont des équivalents pour «Antoine».

Ce que l’on sait moins, c’est que «Guy» devient «Vito» en italien. D’ailleurs, toujours à Prague, la cathédrale «svatého Vita» est dédiée à saint Guy. «Vita» est donc «Guy» en tchèque.

En Hongrie, la basilique Saint-Étienne s’appelle «szent Istvan», dont la prononciation se rapproche de celle de «Stéphane». Normal, puisque en anglais, «Étienne» devient «Stephen» ou «Steve». En espagnol, c’est «Esteban». Et en italien, c’est «Stefano». Le habitants de Saint-Étienne, en France, sont d’ailleurs des «Stéphanois».

On s’étonnera aussi d’apprendre qu’«Elisabeth» est l’équivalent anglais d’«Isabelle». Ou que le prénom «Benoit» devient «Benedict» en anglais, «Benedikt» en allemand, «Benito» en espagnol et «Benedetto» en italien.

Les traductions courantes de «Charles», que l’on trouve aussi bien en français qu’en anglais, sont «Karl» en allemand, «Carlos» en espagnol et «Carlo» en italien. Le prénom espagnol «Orlando» n’est nul autre que «Roland» en français.

Beaucoup d’allemands s’appellent «Klaus». En français, ce seraient des «Claude». Quant aux «Otto», ils deviennent «Eudes» en français. Et «Ottone» ou «Oddone» en italien.

Les traductions de «Guillaume» sont aussi nombreuses: «William» en anglais, «Wilhelm» en allemand, «Guillermo» en espagnol et «Guglielmo» en italien. Marconi était donc un Guillaume, tout comme Shakespeare…

En anglais, «Henri» peut se dire aussi bien «Henry» que «Harry». En allemand, le prénom devient «Heinrich», alors qu’il se transforme en «Enrique» et en «Enrico» selon que l’on parle espagnol ou allemand. Même tempête d’équivalents pour «Jacques», qui devient «James» en anglais, «Jakob» en allemand, «Jaime» ou «Jago» en espagnol, et «Giacomo» en italien.

La liste s’allonge avec «Louis» qui devient «Ludwig» en allemand. Ou encore avec «Pierre», qui fait «Peter» en allemand et en anglais, «Pedro» en espagnol et «Pietro» en italien.

De plus en plus, la langue française est poreuse en ce qui a trait aux noms propres. On trouve donc de nombreux francophones qui portent un prénom emprunté à une langue étrangère. Il suffit d’observer le nombre de «William» nés au Québec au cours des cinq dernières années. Il en va de même pour ceux qui s’appellent «Hugo», traduction de «Hugues», ou «Michael» et «Miguel», qui sont des versions exotiques de «Michel», tout simplement.

Et vous? Votre prénom a-t-il des équivalents étrangers? Fouillez un peu… Les trouvailles sont parfois étonnantes!

+Récents

Retour du Salon virtuel de l’emploi du RDÉE

salon virtuel de lemploi

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada) et ses organismes membres organisent une 2e édition du Salon virtuel de l’emploi les mercredi 22 et jeudi 23 février, de 9h à 21h. L’an dernier, plus de 13 000 visiteurs avaient examiné, en ligne, une bonne centaine de postes francophones ou bilingues affichés par une […]


16 février 2017 à 14h39

Hydro-Québec veut exporter son électricité et même s’implanter à l’étranger

Éric Martel, pdg d'Hydro-Québec, à la tribune conjointe des Canadian Club et Club canadien de Toronto le 15 février.

En plus de développer ses exportations d’électricité dans les provinces canadiennes et les états américains voisins, Hydro-Québec veut commercialiser ses innovations, comme une nouvelle batterie permettant de conserver l’énergie solaire ou éolienne, et veut acquérir des actifs à l’étranger, comme dernièrement le Réseau de l’intelligence électrique en France. C’est la stratégie de la société d’État québécoise, qu’a […]


16 février 2017 à 11h01

6000 $ à PoM pour des vidéos encourageant les jeunes à s’occuper de leur santé… en français

Gilles Marchildon (DG de Reflet Salvéo), Olga Lambert (co-DG de PoM), Fatoumata Keita (présidente de PoM),  Georgette Amihere (co-DG de PoM), Nicholas Ng (membre du CA de Reflet Salvéo et membre du Jury).

C’est PoM – Un Monde de Cultures qui a remporté le concours de projets Ma communauté s’engage! et sa bourse de 6000 $ accordée par Reflet Salvéo, qui lui offrira son appui technique. L’annonce a été faite le 15 février dans les bureaux de Reflet Salvéo, au cours d’une cérémonie informelle diffusée en direct sur […]


15 février 2017 à 19h46

Des lumières en mémoire des disparus de la tuerie de Québec

Veillée au Collège Français

Un peu plus d’une semaine après l’attentat perpétré au Centre culturel islamique de Québec le dimanche 29 janvier, des élèves, des enseignants et des gens de la communauté francophone de Toronto sont venus rendre hommage aux disparus de la tuerie au Collège français mardi soir dernier. Un moment simple et beau illuminé par les chandelles que chacun tentait de […]


13 février 2017 à 20h32

Geste solidaire des élèves de l’école Gabrielle-Roy

Des élèves et du personnel de Gabrielle-Roy en visite à la mosquée. (Photo: Émeline Bertel)

C’est une sortie scolaire pas comme les autres pour 25 élèves de 5e et 6e année de l’école Gabrielle-Roy, au centre-ville de Toronto. Mardi dernier, 7 février, ils se sont rendus à la mosquée Masjid Omar Bin Khatab, sur la rue Parliament, pour offrir à la communauté musulmane des fleurs et des lettres de soutien suite […]


13 février 2017 à 20h30

Des pigeons affamés envahissent le TFT

Une scène de #PigeonsAffamés, du Théâtre du Trillium. (Photo: Marianne Duval)

C’est seulement pour quelques représentations, du 23 au 26 février, que la nouvelle création théâtrale de Anne-Marie White, #PigeonsAffamés, prend ses quartiers au Théâtre français de Toronto. Entre texte, musique et danse, l’oeuvre se veut une expérience à la fois puissante, nostalgique et moderne, sublimée par la mise en scène de l’auteure et par les chorégraphies signées […]


13 février 2017 à 20h28

Incapable de mourir dignement au Canada

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.

Depuis la légalisation de l’aide médicale à mourir en juin 2016, il y aurait en moyenne cinq cas par semaine juste en Ontario. La loi fédérale ne garantit cependant pas une pleine éligibilité à ce processus. Notre collaborateur Paul-François Sylvestre raconte comment sa sœur a dû se rendre en Suisse pour mourir dignement. L’auteur de Ma […]


13 février 2017 à 20h26

FrancoFoot se rend jusqu’en finale de la Ontario Indoor Cup

À g,: l'entraîneur Zili et le président de FrancoFoot Jean-Pierre Boué, avec ses joueurs et ceux du club de Cherry Beach.

L’équipe torontoise de soccer FrancoFoot, associée au club de Cherry Beach, a perdu 3-0 en finale de la Ontario Indoor Cup pour les moins de 18 ans, dimanche, contre North Scarborough. La veille, l’équipe de Jean-Pierre Boué (président) et de l’entraîneur Zili avait défait King City en demi-finale dans un match enlevant. (Vidéo ci-dessous: des arrêts […]


13 février 2017 à 20h24

Vancouver: trois incontournables et une découverte

Le Centre des Sciences de Vancouver vu du village olympique.

Vancouver émerveille l’amoureux de la nature ou le plus citadin en vous avec son paysage haut en couleur et ses quartiers riches en culture. La cité portuaire du Pacifique offre en plus une panoplie d’activités pour tous les goûts et tous les budgets. Derrière Toronto et Montréal, la métropole de la Colombie-Britannique arrive en huitième […]


13 février 2017 à 20h22

Tempeh: l’ingrédient indonésien qui se refait une santé en Ontario

L’équipe d’Henry’s Tempeh: Jason Jurchuk, Phil Diceanu, Paul Sauder.

Une entreprise alimentaire ontarienne est en pleine expansion afin de répondre à la demande croissante de tempeh, un aliment populaire de la cuisine santé qui est facile à digérer et fait à base de soya. L’entreprise Henry’s Tempeh vient tout juste d’emménager dans de nouvelles installations à Kitchener et accroît ses capacités de transformation afin de […]


13 février 2017 à 20h20
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur