Ces crimes sans honneur sur grand écran aux Hot Docs

Agir avant qu’il ne soit trop tard

Arkan, un jeune Suédois d’origine Kurde, a été marié de force et en a parlé dans un livre, qui a inspiré la cinéaste Raymonde Provencher.

Dans le parfait sillage du procès Shafia, Raymonde Provencher, réalisatrice de documentaires, présente aux Hot Docs son dernier film intitulé Ces crimes sans honneur. Très volubile sur la question du droit des femmes, Raymonde avait pressenti qu’un tel drame s’en venait au Canada et espère que son film servira à éduquer les Canadiens, tous les Canadiens.

Voilà cinq ans que Raymonde Provencher a décidé de se pencher sur la question des crimes d’honneur. Elle a vu le phénomène déferler sur l’Europe et les vieux pays d’immigration comme l’Allemagne et l’Angleterre sans que le Canada commence à se demander si cela allait finalement arriver chez lui.

Tous les pays touchés

«Moi je potasse ces dossiers depuis toutes ces années et je sais que si ça se passe là-bas ça va finir par arriver ici. Quand j’ai fait mes recherches en Turquie, j’ai entendu parler de cas en Allemagne et je savais donc que si ça pouvait arriver en Allemagne ça pouvait arriver partout. Je voulais donc inclure le Canada dans le documentaire parce que ça suit le chemin de l’immigration.»

Dans le documentaire, le spectateur peut suivre plusieurs personnages, au Canada, en Suède et en Allemagne. Avant le procès Shafia, c’est la Suède qui avait fait les manchettes internationales avec le meurtre par son père de la jeune Fadime, alors même qu’elle s’était rendue au Parlement suédois et avait prévenu l’opinion publique du risque qu’elle encourait.

Son assassinat fit l’effet d’une bombe et a ouvert les yeux aux pays d’immigration sur les risques à ne pas se mêler des affaires privées des différentes cultures présentes sur leur territoire.

Stigmatiser ou laisser faire?

«Quand je me suis mis à fouiller les affaires au Canada c’était très spécial. Les communautés ne veulent pas en parler. Je comprends bien le processus, ils ont peur de se faire stigmatiser, mais en tant que femme, je ne peux pas accepter que des Canadiennes, avec des droits canadiens, subissent ces traitements. Là avec l’affaire Shafia c’est tellement puissant que la société d’accueil se réveille.»

Raymonde Provencher veut que ces communautés comprennent que s’intéresser à ce problème ne relève pas du racisme mais bien du droit. L’idée n’est pas de dire «ceux-ci font cela et cela» mais que la justice doit avoir le dernier mot.

Les personnes qui ont accepté de témoigner dans le documentaire Ces crimes sans honneur ne représentent pas une majorité de citoyens et Raymonde Provencher peut être très fière de les avoir trouvés.

Dans le nord Toronto, elle a suivi une militante et travailleuse sociale originaire d’Inde, Aruna, qui a subi un mariage forcé dans sa jeunesse et tente aujourd’hui de changer les mentalités dans sa communauté. On découvre également un jeune Suédois, Arkan, qui a subi un mariage forcé. Pour la première fois, un homme se lève et dit que chaque fois qu’une jeune femme est mariée de force, un jeune homme l’est aussi. «Si les hommes se lèvent aussi, alors peut-être pourrons-nous nous en sortir», s’exclame Raymonde Provencher.

Le fait que le Canada ait connu récemment l’histoire Shafia donne une vision très contemporaine des témoignages des participants.

«On a vu au Québec que la DPJ n’a pas pris le temps de décortiquer les plaintes des jeunes filles. Le crime d’honneur n’était pas dans le radar. Il va falloir qu’on s’ouvre à ce genre de problèmes que l’on ne connaissait pas. Sous prétexte de respecter les droits absolus des nouveaux arrivants, on les laisse fonctionner comme dans leurs pays et garder les tares de leurs cultures. Ce n’est pas un problème religieux, c’est culturel. Est-ce qu’on veut préserver ces cultures?»

Tout passe par l’éducation

Filmés dans le cadre du documentaire, des policiers de la région de York semblent pantois lorsque Aruna, la travailleuse sociale, leur parle des crimes d’honneur. Ils semblent ne pas avoir les outils adéquats pour déceler les prémices de cette violence liée à l’honneur de la famille.

«Aruna est encore menacée pendant ses réunions par des membres de la communauté, des hommes qui viennent la traiter de menteuse. Les femmes ne peuvent pas parler de peur de perdre l’appui de leur communauté, mais elles disent aussi qu’il ne faut pas les abandonner.»

Un travail d’éducation de la population, des policiers, des travailleurs sociaux devrait pouvoir, à terme, permettre au phénomène de disparaître ou du moins de baisser de manière significative.

Selon Raymonde Provencher, de nombreux cas de «suicides» relèvent aussi du crime d’honneur. La famille organise le suicide et pousse la jeune femme à s’ôter la vie sans prendre le risque de se faire condamner. «Les communautés ne veulent pas rouvrir ces dossiers» alors même que l’Angleterre et la Suède le font.

Outre la question première des crimes d’honneur, le documentaire de Raymonde Provencher questionne la réussite des pays d’immigration à accueillir de nouveaux arrivants. Le manque de ressources des nouveaux venus est souvent comblé par les associations de communautés culturelles ou religieuses.

Comme le rappelle la réalisatrice, Angela Merkel et David Cameron ont ouvertement critiqué la réussite du multiculturalisme. «Les ponts entre communautés d’accueil et nouveaux arrivants n’ont pas été établis ou ne sont pas solides», indique Raymonde Provencher.

Si elle voit dans le témoignage d’Arkan une certaine lumière pour le problème de violence d’honneur, Raymonde Provencher ne semble pas rassurée sur l’avenir de la question au Canada.

«Le gouvernement fédéral a dit qu’il voulait éradiquer les crimes d’honneur et il faut le féliciter pour ça, mais si on ne se débarrasse pas très vite de cette question, ça va augmenter au Canada.»

Et le flux de nouveaux arrivants n’est pas prêt de s’arrêter en direction du meilleur pays du monde.

Vendredi 4 mai au cinéma Cumberland 3 dans Yorkville à 13h45.

hotdocs.ca//film/title/crimes_without_honour

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Combo «Agri-Culture» autour de St. Catharines

Ruelle de grafittis et murales devant le FirstOntario Performing Arts Centre à St. Catharines. (Photo: Nathalie Prézeau)

Le seul spectacle en français que l’imitateur André-Philippe Gagnon fera cet automne lors de sa tournée ontarienne sera celui de St. Catharines le 20 octobre. On pourrait s’étonner qu’une ville de 130 000 habitants, dont environ 4 000 francophones, ait pris une telle initiative, mais le magnifique centre des arts FirstOntario Performing Arts Centre, géré […]


26 septembre 2016 à 23h32

Tintamarre de 1000 jeunes à Toronto pour le Jour des Franco-Ontariens

Les élèves de nos deux conseils scolaires se sont rassemblée en face de l'hôtel de ville de Toronto pour la levée du drapeau franco-ontarien.

Plus d’un millier d’élèves des écoles françaises laïques et catholiques de Toronto ont bravé la pluie pour se rassembler au centre-ville, vendredi midi, pour fêter le Jour des Franco-Ontariens (officiellement ce dimanche 25) et chanter Mon beau drapeau pendant qu’était hissé le drapeau vert et blanc au mat de l’hôtel de ville. À 10h, plusieurs […]


23 septembre 2016 à 21h34

Université franco-ontarienne: Dyane Adam présidera un Conseil de planification

Dyane Adam

L’ancienne commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, ex-principale du campus Glendon de l’Université York, présidera un nouveau «Conseil de planification pour une université de langue française». Ce n’est pas encore la gouvernance d’une future université franco-ontarienne, réclamée par le mouvement associatif et le projet de loi privé de la députée néo-démocrate France Gélinas, […]


22 septembre 2016 à 16h46

Concours IDÉLLO pour transformer l’expérience en classe

TFO-idello

Depuis le 22 septembre, toutes les écoles primaires et secondaires de l’Ontario et du Québec peuvent s’inscrire au concours Votre école IDÉLLO de TFO. Deux écoles gagnantes seront transformées en un environnement d’apprentissage numérique «stimulant, interactif et collaboratif». «C’est la première d’une série d’initiatives éducatives qui seront déployées à travers le Canada», indique Glenn O’Farrell, […]


28 septembre 2016 à 14h16

Des produits ontariens qui rivalisent avec l’huile d’olive

Jason Persall

Devant la chute des prix des cultures, il y a une dizaine d’années, le producteur de céréales ontarien Jason Persall a dû chercher des moyens d’apporter une valeur ajoutée à sa ferme familiale du comté de Norfolk, au bord du lac Érié. Aujourd’hui, sa marque Pristine Gourmet est populaire tant auprès des chefs qu’auprès des […]


28 septembre 2016 à 12h31

Un «écolodge» de Village Monde en Indonésie

Le projet d'écolodge de Village Monde en Indonésie

Le fondateur de l’organisation québécoise Village Monde, Charles Mony, construira un «écolodge» en Indonésie, grâce à un partenariat avec Filaction via le fond Capital Équitable. Le gite touristique devrait ouvrir ses portes en juin 2017, a-t-il annoncé le 27 septembre, Journée mondiale du tourisme. Tourisme responsable Village Monde soutient des initiatives «améliorant les conditions de […]


28 septembre 2016 à 12h15

Vélo: le casque est efficace, mais…

casquevelo02-e338cc8d848561d8bc89545916ff3fedcba28fe7

La mort d’un cycliste est toujours un événement malheureux. Mais beaucoup sont prompts à y coller la phrase accusatrice: «le cycliste ne portait pas de casque». Depuis le milieu des années 1980, une vingtaine d’études ont confirmé l’efficacité du casque pour prévenir les blessures à la tête — et donc, certains décès. Cependant, cette protection […]


28 septembre 2016 à 11h25

Pas de nouveaux projets d’énergie renouvelable

eoliennes

Dans le but de réduire la facture d’électricité des Ontariens – un enjeu électoral de plus en plus sensible – le gouvernement provincial suspend la deuxième ronde de son processus d’approvisionnement pour les grands projets d’énergie renouvelable, mettant fin à l’achat de plus de 1000 mégawatts  d’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, de bioénergie et d’énergie produite […]


27 septembre 2016 à 17h44

La Cour suprême de Colombie-Britannique reconnaît des besoins spéciaux aux écoles francophones

cb

La Cour suprême de Colombie-Britannique accédé partiellement à la requête du milieu scolaire francophone. Le gouvernement devra financer du transport additionnel mais pas nécessairement la construction de nouvelles écoles.

TFO #ONfr
27 septembre 2016 à 16h41

Une majorité de résidents pour une ville d’Ottawa bilingue

OttawaBilingue

72% des résidents d’Ottawa appuieraient le bilinguisme officiel de la Ville si la démarche n’impose pas de coûts additionnels et ne cause pas de pertes d’emploi, selon un récent sondage publié ce mardi par le regroupement #OttawaBilingue. Une bonne majorité d’entre eux (68%) croient aussi que le bilinguisme officiel de la Ville aurait un impact […]


27 septembre 2016 à 11h58

Débat Trump-Clinton non concluant

Donald Trump, Hillary Clinton.

On n’a pas eu à éponger de sang sur la scène de l’université Hofstra (New York) après le premier débat télévisé Trump-Clinton lundi soir, les deux candidats présidentiels américains paraissant retenir leurs coups. Hillary Clinton et Donald Trump ont esquivé relativement facilement les allusions/allégations/accusations les plus dangereuses et sont même restés plutôt polis l’un envers l’autre. […]


27 septembre 2016 à 2h11

Une première croisière «French Touch» réussie

Embarquement sur le Empress of Canada.

La croisière French Touch du jeudi 22 septembre a rassemblé une centaine de personnes sur le bateau à trois ponts Empress of Canada. Cette première activité de Clink Toronto, l’entreprise d’Adra Berezintsev, a permis à ces curieux de manger, danser, réseauter et découvrir des jeunes professionnels franco-torontois et leurs projets. «Je veux promouvoir des entreprises […]


26 septembre 2016 à 23h22
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur