Centre d’achats d’Elliot Lake: le toit du garage coulait dès le début

Le commissaire Paul Bélanger. (Photo: Colin Perkel, AP)

à 20h12 HNE, le 7 mars 2013.

ELLIOT LAKE, Ont. – La compagnie ayant installé le système d’étanchéité du centre commercial Algo, à Elliot Lake — système qui n’a jamais fonctionné correctement — n’avait jamais utilisé un tel système dans une structure semblable auparavant, a appris jeudi une enquête publique sur l’effondrement de la bâtisse.

Lors de son témoignage, Dave Monroe, ancien vice-président de la compagnie Harry S. Peterson, dit avoir eu des hésitations à propos de la conception du centre commercial, mais que son entreprise désirait obtenir ce contrat.

Selon lui, il a été nécessaire d’accepter une décision structurelle pour poursuivre les travaux.

La compagnie de M. Monroe, établie au Michigan, avait déjà beaucoup d’expérience en matière d’étanchéité. Parmi les autres projets auxquels elle a pris part, on retrouve un stationnement à l’aéroport de Toronto.

Le système utilisé à Elliot Lake consistait, en gros, à appliquer du scellant et une membrane en polyuréthane seulement à des joints spécifiques dans le béton, plutôt que d’appliquer une membrane partout sur la surface.

Cependant, contrairement à d’autres projets où cette technique avait bien fonctionné, au dire de M. Monroe, le toit du stationnement du centre commercial était formé de dalles de béton creuses posées sur des poutrelles d’acier.

«Le problème, c’est que nous changions de structure, et c’était du nouveau pour nous», a déclaré M. Monroe, tout en ajoutant que l’entreprise était confiante de compléter la besogne avec efficacité en «altérant légèrement» son système.

Cette nouvelle méthode aurait permis d’économiser 150 000 $ sur le prix d’une membrane étanche conventionnelle.

Deux victimes

Le 23 juin 2012, une partie du toit du stationnement du centre Algo, qui avait de sérieux problèmes d’infiltration d’eau depuis sa construction en 1982, s’est effondré sur les boutiques qui se trouvaient en-dessous. Les enquêteurs croient que le joint qui retenait une poutre en acier a cédé en raison de l’érosion causée au fil des années par l’eau et la rouille.

Deux femmes, Doloris Perizzolo et Lucie Aylwin, ont perdu la vie. Leurs familles poursuivent le propriétaire du centre d’achats pour plusieurs millions de dollars.

Lucie Alwyn travaillait pour le Collège Boréal, l’un des deux collèges communautaires francophones de la province.

Mal construit

Mercredi, John Kadlec, un ingénieur en structures ayant oeuvré au projet du centre commercial d’Elliot Lake, avait parlé des mauvaises techniques de construction qu’il a pu observer il y a trois décennies. M. Kadlec a précisé n’avoir jamais rien vu de tel auparavant.

Des vis manquantes, des colonnes gauchies et des poutrelles d’acier rouillées malgré le fait qu’elles étaient neuves n’ont été que quelques aspects de la construction du centre commercial Algo destiné selon lui à subir une catastrophe.

L’ingénieur a précisé qu’il avait envoyé des lettres au propriétaire de l’endroit pour l’avertir des erreurs.

La découverte de colonnes pas tout à fait droites a entraîné une solution inusitée dans le cadre de laquelle la compagnie de construction, York Steel, a enchaîné le bâtiment à une surface rocheuse avoisinante, a appris l’enquête.

Malgré les problèmes, M. Kadlec a finalement apposé la signature finale pour la construction du centre commercial, dont l’effondrement, l’été dernier, a tué deux femmes.

En se basant sur les rapports d’une compagnie d’inspection, l’ingénieur a dit avoir été satisfait du fait que les problèmes avaient «apparemment» été résolus.

Mélange d’eau et de sel

L’avocat Joe Bisceglia, qui représente un autre ingénieur qui a plus tard inspecté le centre commercial, s’est montré incrédule devant l’approche apparemment nonchalante de M. Kadlec.

Celui-ci a défendu ses actions, affirmant qu’il faisait partie d’une équipe et que les décisions avaient été prises ailleurs.

À certains moments, le témoin a dit ne pas pouvoir se rappeler de certains événements, ou pouvoir répondre à certaines questions.

Les enquêteurs croient qu’un mélange d’eau et de sel de déglaçage a mené à la destruction des soudures de deux structures en acier, menant à un effondrement catastrophique du toit qui a projeté des débris sur les consommateurs et les employés.

Courriels

Par ailleurs, la commission d’enquête envisage de s’adresser aux tribunaux pour forcer le propriétaire du centre Algo à lui fournir certains documents, a appris La Presse Canadienne.

Au coeur du problème: des courriels envoyés et reçus par Bob Nazarian qui, selon la commission, ont un lien direct avec le centre commercial Algo à Elliot Lake.

En guise d’avertissement, le commissaire Paul Bélanger a déjà officiellement ordonné à M. Nazarian de se conformer aux nombreuses mises en demeure l’enjoignant à soumettre le matériel requis à la commission.

Bob Nazarian est l’un des acteurs les plus importants de cette affaire en raison des allégations voulant qu’il n’aurait pas entretenu la bâtisse de manière appropriée et que, sans sa négligence, la tragédie ayant coûté la vie à deux femmes en juin dernier aurait pu être évitée.

L’ordre de M. Bélanger, formulé le mois dernier et resté sans réponse, s’applique aussi à la femme et au fils du propriétaire, Irene et Levon Nazarian.

La bataille, dont les avocats de la commission refusent de discuter, a donné lieu depuis septembre à une série de tentatives timides de la part des Nazarian pour présenter les documents exigés.

À un certain moment, la famille a prétendu que la police provinciale ontarienne avait saisi le matériel dès le départ dans le cadre de l’enquête criminelle sur l’incident au centre commercial Algo.

Certaines requêtes ont été accueillies par une promesse de produire les documents sur-le-champ alors que d’autres ont simplement été ignorées.

Serveurs américains

Selon des sources, les courriels concernés se trouvent sur des serveurs américains et la police de l’Ontario n’a pu y avoir accès.

La Presse Canadienne n’a pas été en mesure de rejoindre Bob Nazarian mardi. Interrogé au sujet d’une possible poursuite, l’un de ses avocats, Michael Title, a assuré que ses collègues et lui travaillaient actuellement à rassembler et à classer les documents.

Les mises en demeure concernent environ 40 000 courriels, dont certains sont privés et complètement hors de propos selon M. Title.

Les audiences de la commission ont débuté cette semaine et respecteront un ordre chronologique en commençant avec la conception et la construction du centre commercial. Le propriétaire doit témoigner dans quatre ou cinq semaines et la commission voulait avoir les courriels bien avant cette date afin d’avoir le temps de les étudier.

+Récents

Retour du Salon virtuel de l’emploi du RDÉE

salon virtuel de lemploi

Le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada) et ses organismes membres organisent une 2e édition du Salon virtuel de l’emploi les mercredi 22 et jeudi 23 février, de 9h à 21h. L’an dernier, plus de 13 000 visiteurs avaient examiné, en ligne, une bonne centaine de postes francophones ou bilingues affichés par une […]


16 février 2017 à 14h39

Hydro-Québec veut exporter son électricité et même s’implanter à l’étranger

Éric Martel, pdg d'Hydro-Québec, à la tribune conjointe des Canadian Club et Club canadien de Toronto le 15 février.

En plus de développer ses exportations d’électricité dans les provinces canadiennes et les états américains voisins, Hydro-Québec veut commercialiser ses innovations, comme une nouvelle batterie permettant de conserver l’énergie solaire ou éolienne, et veut acquérir des actifs à l’étranger, comme dernièrement le Réseau de l’intelligence électrique en France. C’est la stratégie de la société d’État québécoise, qu’a […]


16 février 2017 à 11h01

6000 $ à PoM pour des vidéos encourageant les jeunes à s’occuper de leur santé… en français

Gilles Marchildon (DG de Reflet Salvéo), Olga Lambert (co-DG de PoM), Fatoumata Keita (présidente de PoM),  Georgette Amihere (co-DG de PoM), Nicholas Ng (membre du CA de Reflet Salvéo et membre du Jury).

C’est PoM – Un Monde de Cultures qui a remporté le concours de projets Ma communauté s’engage! et sa bourse de 6000 $ accordée par Reflet Salvéo, qui lui offrira son appui technique. L’annonce a été faite le 15 février dans les bureaux de Reflet Salvéo, au cours d’une cérémonie informelle diffusée en direct sur […]


15 février 2017 à 19h46

Des lumières en mémoire des disparus de la tuerie de Québec

Veillée au Collège Français

Un peu plus d’une semaine après l’attentat perpétré au Centre culturel islamique de Québec le dimanche 29 janvier, des élèves, des enseignants et des gens de la communauté francophone de Toronto sont venus rendre hommage aux disparus de la tuerie au Collège français mardi soir dernier. Un moment simple et beau illuminé par les chandelles que chacun tentait de […]


13 février 2017 à 20h32

Geste solidaire des élèves de l’école Gabrielle-Roy

Des élèves et du personnel de Gabrielle-Roy en visite à la mosquée. (Photo: Émeline Bertel)

C’est une sortie scolaire pas comme les autres pour 25 élèves de 5e et 6e année de l’école Gabrielle-Roy, au centre-ville de Toronto. Mardi dernier, 7 février, ils se sont rendus à la mosquée Masjid Omar Bin Khatab, sur la rue Parliament, pour offrir à la communauté musulmane des fleurs et des lettres de soutien suite […]


13 février 2017 à 20h30

Des pigeons affamés envahissent le TFT

Une scène de #PigeonsAffamés, du Théâtre du Trillium. (Photo: Marianne Duval)

C’est seulement pour quelques représentations, du 23 au 26 février, que la nouvelle création théâtrale de Anne-Marie White, #PigeonsAffamés, prend ses quartiers au Théâtre français de Toronto. Entre texte, musique et danse, l’oeuvre se veut une expérience à la fois puissante, nostalgique et moderne, sublimée par la mise en scène de l’auteure et par les chorégraphies signées […]


13 février 2017 à 20h28

Incapable de mourir dignement au Canada

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.

Depuis la légalisation de l’aide médicale à mourir en juin 2016, il y aurait en moyenne cinq cas par semaine juste en Ontario. La loi fédérale ne garantit cependant pas une pleine éligibilité à ce processus. Notre collaborateur Paul-François Sylvestre raconte comment sa sœur a dû se rendre en Suisse pour mourir dignement. L’auteur de Ma […]


13 février 2017 à 20h26

FrancoFoot se rend jusqu’en finale de la Ontario Indoor Cup

À g,: l'entraîneur Zili et le président de FrancoFoot Jean-Pierre Boué, avec ses joueurs et ceux du club de Cherry Beach.

L’équipe torontoise de soccer FrancoFoot, associée au club de Cherry Beach, a perdu 3-0 en finale de la Ontario Indoor Cup pour les moins de 18 ans, dimanche, contre North Scarborough. La veille, l’équipe de Jean-Pierre Boué (président) et de l’entraîneur Zili avait défait King City en demi-finale dans un match enlevant. (Vidéo ci-dessous: des arrêts […]


13 février 2017 à 20h24

Vancouver: trois incontournables et une découverte

Le Centre des Sciences de Vancouver vu du village olympique.

Vancouver émerveille l’amoureux de la nature ou le plus citadin en vous avec son paysage haut en couleur et ses quartiers riches en culture. La cité portuaire du Pacifique offre en plus une panoplie d’activités pour tous les goûts et tous les budgets. Derrière Toronto et Montréal, la métropole de la Colombie-Britannique arrive en huitième […]


13 février 2017 à 20h22

Tempeh: l’ingrédient indonésien qui se refait une santé en Ontario

L’équipe d’Henry’s Tempeh: Jason Jurchuk, Phil Diceanu, Paul Sauder.

Une entreprise alimentaire ontarienne est en pleine expansion afin de répondre à la demande croissante de tempeh, un aliment populaire de la cuisine santé qui est facile à digérer et fait à base de soya. L’entreprise Henry’s Tempeh vient tout juste d’emménager dans de nouvelles installations à Kitchener et accroît ses capacités de transformation afin de […]


13 février 2017 à 20h20
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur