Canada: terre promise de liberté culturelle

immigrants-immigration-refugies

21 février 2017 à 9h46

«On est dans une société qui respecte l’inclusion, la diversité, et qui est fondée sur des valeurs de multiculturalisme», déclarait Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, en point de presse, ce mercredi 15 février, alors que le gouvernement soutenait inconditionnellement la motion M-103 qui chargerait un comité parlementaire d’étudier le «racisme et [la] discrimination religieuse systémiques». Vraiment?

Inclusion

Nos communautés sont-elles équipées à travers le pays pour accueillir, encadrer et soutenir adéquatement le nombre croissant des demandeurs d’asile? Par ex. au Québec et au Manitoba, où les immigrants sans statut continueront de traverser illégalement nos frontières, de plus en plus nombreux, pour éviter la déportation Trump.

Détenons-nous un plan d’inclusion efficace des nouveaux immigrants au marché du travail canadien? Nos employeurs peuvent-ils compter sur des ressources pertinentes en gestion de la diversité en milieu de travail? Par ex. un centre d’apprentissage interculturel conçu pour conseiller et former les employeurs canadiens.

Plusieurs organisations non-gouvernementales (ONG) d’aide aux immigrants œuvrent sans relâche à travers le pays. Œuvrent-elles selon une stratégie commune d’intervention auprès des nouveaux immigrants afin de faciliter leur inclusion socioéconomique et politique?

Par ex. un programme commun de formation des nouveaux arrivants centré sur l’exercice de notre démocratie en vue d’assurer leur pleine participation citoyenne tout en tenant compte de nos caractéristiques régionales.

On a souvent l’impression que nos ONG sont en concurrence pour obtenir des subventions gouvernementales ou les dons du public en vue de réaliser leur mandat. Le fameux réseautage semble parfois l’emporter… au détriment d’une stratégie commune de base, axée sur l’objectif de l’inclusion socio-économique.

Les ONG se ruent pour obtenir des fonds en ajustant constamment leurs orientations en fonction des directives changeantes de décideurs sans vision. Sans vision parce qu’ils sont ignorants face au vécu réel du nouvel immigrant et de la nouvelle immigrante en terre canadienne, d’un océan à l’autre.

Diversité

Notre société canadienne reconnaît le concept de la diversité dans tous les sens du terme. Nos instances juridiques et sociales clament la force de notre diversité. Mais comment vit-on cette illustre «force» de notre diversité?

Oui, on est multiculturel, mais est-on interculturel? Depuis les dernières décennies, la démographie de la Ville Reine a drastiquement changé grâce à l’arrivée massive d’une impressionnante diversité de nouveaux immigrants et réfugiés qui s’installent entre eux, formant des îlots culturels isolés dans la plus grande ville du pays.

N’est-il pas temps de travailler ensemble, entre membres de diverses communautés culturelles, sur des projets de société? On est loin de percevoir cette tendance…

Tant et aussi longtemps que les nouveaux immigrants ne seront pas représentés sur notre plateforme politique, ils continueront de vivre en marge de qui nous sommes.

On se doit de leur inculquer le sens de l’appartenance à notre culture politique. Sans ressentir ce sentiment, pourquoi les nouveaux immigrants voudraient-ils s’impliquer? Ils continueront tout simplement de vivre sur leurs îlots sous notre dépendance.

Notre société doit se donner les moyens de vivre la force de notre diversité. Cela passe par la formation indispensable des nouveaux immigrants à notre style de gouvernance démocratique, à notre système de lois issu de nos valeurs.

Multiculturalisme

Quelles sont les valeurs du multiculturalisme canadien? Une épineuse question à laquelle certains fonctionnaires vous répondront: «l’équité et l’égalité».

Mais encore faudrait-il que l’on puisse clairement définir ces valeurs et leur application dans le contexte culturel canadien… Cela signifie-t-il qu’on puisse vivre une pleine liberté culturelle, sans balises?

Dans l’ensemble, notre système de lois nous protège bien contre les abus. Mais c’est dans l’interprétation de nos lois que les choses peuvent peut-être se corser… Comme pour la motion M-103 faisant référence à l’islamophobie.

Chaque religion possède l’équivalent d’une «bible» et ses «commandements», et se compose de plusieurs branches. En proclamant notre multiculturalisme nous signifions, entre autres, que nous sommes une société multiconfessionnelle constituée de membres appartenant à diverses religions et branches, avec tout ce que cela sous-entend.

Par ex. comment réconcilier, entre autres, la valeur de l’égalité des sexes entre nous et certains pratiquants religieux issus de pays où on en est encore loin? Quelles en sont les répercussions possibles sur notre société?

C’est une chose d’affirmer qu’on respecte notre égalité des sexes, mais autre chose que de vivre cette égalité en toute ouverture d’esprit lorsqu’on provient d’un pays où hommes et femmes ne sont pas égaux, l’homosexualité interdite, sans parler des transgenres, mariages forcés, pratique de l’excision, la charia, etc.

Notre multiculturalisme a soif de moyens concrets pour vivre de façon progressiste, réaliste et raisonnable. Faisons nos devoirs: étudions la faisabilité d’une société pleinement multiculturelle et multiconfessionnelle – son impact sur nos milieux de travail, d’éducation, de santé…

Terre promise ou utopie?

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une série télé peut inciter des jeunes à se suicider?

thirteen_reasons_why
Depuis quelques jours, les médias multiplient les articles sur la série télévisée américaine 13 Reasons Why qui, diffusée sur Netflix, aborde la thématique du suicide...
En lire plus...

28 avril 2017 à 9h01

Une lumière céleste appelée Steve

Capture d'écran de la vidéo de Science and More: "Meet Steve: Scientists, Aurora enthusiasts find a new mysterious light in the night sky" - http://bit.ly/2oQ5QFp
Est-ce une aurore boréale? Non, c’est Steve. C’est le nom très peu poétique qui a été donné à un mystérieux «ruban» de lumière qui...
En lire plus...

28 avril 2017 à 8h36

Élaine Legault et Katherine Levac en lice pour un Saphir

saphir
Élaine Legault, la directrice générale du Conseil des organismes francophones de la région de Durham, ainsi que l’humoriste de l’Est ontarien Katherine Levac, figurent...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h14

Alain Dupuis passe du RÉFO à la FCFA

Alain Dupuis, désormais à la FCFA, et Steven Ogden, nouveau DG du RÉFO.
La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a un nouveau directeur général, Alain Dupuis, bien connu notamment pour son engagement au...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h05

Décès de l’écrivain Michel Dallaire

Michel Dallaire
Le poète et romancier franco-ontarien Michel Dallaire s’est éteint à l’âge de 60 ans ce mardi 25 avril. Auteur de plusieurs œuvres – poèmes,...
En lire plus...

26 avril 2017 à 11h30

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur