Calder, forgeron d’art

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.


17 juillet 2017 à 14h00

«Alexander Calder, le forgeron, le bricoleur de jouets et de libellules est à l’honneur au musée de Pierre Soulages à Rodez.» C’est ainsi qu’une journaliste de La Dépêche de Toulouse présente l’artiste qui fait l’objet d’une exposition intitulée Alexander Calder, le forgeron de géantes libellules, qui se tient au musée Soulages de Rodez jusqu’au 29 octobre 2017.

Rodez est une petite ville touristique d’environ 25 000 habitants, du sud de la France, à 150 km au nord-est de Toulouse, célèbre par ses musées.Il n’est donc pas si surprenant d’y trouver une exposition consacrée à Calder, qui ne hantent pas vraiment nos musées d’art canadiens.

C’est l’occasion de découvrir cet artiste et ses œuvres lors d’une visite estivale dans cette région française ou grâce à l’ouvrage qui accompagne cette exposition. Les créations originales de Calder à Paris l’ont fait connaître en France.

Alexander Calder est un peintre et un sculpteur né aux États-Unis le 22 juillet 1898 non loin de Philadelphie, à Lawnton, en Pennsylvanie. Sa riche famille est celle d’artistes, sa mère est peintre et son père sculpteur, sans oublier le grand-père sculpteur lui aussi.

Alexander fait des études classiques suivies par une formation d’ingénieur à l’Institut de technologie de Hoboken, au New Jersey. Mais ses préférences vont plutôt vers ce qu’il a appris auprès de son père, grâce à son matériel, ses conseils et ses outils, l’art.

Réalisme étatsunien

Dès 1906, il avait fabriqué des poupées pour sa sœur et, à Noël 1909, il avait offert à ses parents deux petites sculptures.

Ayant obtenu son diplôme d’ingénieur, il se détourne de cette voie et perfectionne son art à l’Art Students League of New York où il entre en 1923, à 25 ans. Et il commence sa carrière artistique avec des œuvres dans le style de l’Ashcan aesthetic.

Ce que l’on appelle aussi l’Ashcan School est «un style de peinture réaliste étatsunien du début du XXe siècle, qui est caractérisé principalement par des représentations de scènes de la vie urbaine quotidienne des milieux défavorisés». (Wikipedia)

Pour le journal National Police Gazette de New York, Calder devient illustrateur des évènements sportifs et des comptes rendus des tournées du Ringling Bros and Barnum & Bailey Circus, un regroupement déambulant de cirques organisé en 1919. Il fait aussi de nombreuses esquisses d’animaux publiées après son départ pour la France, sous le titre Animal sketchings.

Alexander Calder en 1947. (Photo: Carl van Vechten — Van Vechten Collection at Library of Congress, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=120652)
Alexander Calder en 1947. (Photo: Carl van Vechten — Van Vechten Collection at Library of Congress, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=120652)

Artiste parisien

Alexander Calder arrive à Paris en 1926. Il se fait connaître en 1927 en présentant au «Salon des Humoristes» des jouets articulés.

Par la suite, sa passion du cirque se traduit par le Cirque Calder qu’il expose à Paris en 1929. Ce cirque comprend 200 personnages en fils de fer tordus et des morceaux de chiffons, avec lesquels il présente un spectacle durant environ deux heures. Comme il peut transporter son cirque, il le présente aussi dans différentes villes comme Berlin, New York ou autres.

Les personnages sont souvent des personnages connus dans leur époque. Le Cirque Calder a fait une dernière apparition à Paris du 18 mars au 29 juillet 2009, au Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, sous le titre: Alexander Calder, les années parisiennes, 1926-1933.

Calder entre en relation avec l’avant-garde artistique parisienne représentée par Joan Miró, Jean Cocteau, Man Ray, Robert Desnos, Fernand Léger, Le Corbusier, Theo van Doesburg, et surtout Piet Mondrian, qui aura sur lui une grande influence artistique.

Calder n’abandonne pas le fil de fer avec lequel il adopte un style entièrement abstrait. Sa réputation est faite, sa carrière tracée. Il invente des stabiles et des mobiles en acier, souvent peints, pour l’UNESCO, le Centre Pompidou et autres lieux. L’ouvrage du musée de Rodez en présente un grand nombre.

Calder décède à New York le 11 novembre 1976.

L’exposition et le livre

L’exposition du Musée Soulages consacrée à Calder, «l’ingénu ingénieur», présente 104 œuvres allant de 1925 à 1974, prêtées par des organismes des États-Unis, d’Espagne, de Suisse, du Royaume-Uni, de France, qui retracent le parcours de cet artiste, fasciné par l’univers et les formes géométriques.

On peut y voit des sculptures (Mobiles, Stabiles, des sculptures en «fil de fer»), des gouaches, des dessins, des portraits de l’artiste. C’est la grande particularité́ de cet événement que de présenter des œuvres rarement exposées.

Ce superbe ouvrage comporte deux parties. Les premières 74 pages, illustrées de photographies, comptent une dizaine d’articles consacrés à Calder et à ses œuvres. La deuxième partie est le catalogue des œuvres exposées, présentées parfois en double page ou toujours en pleine page.

Ce livre est une visite souvenir de l’exposition ou un remplacement de celle-ci. C’est, comme l’exposition elle-même, l’occasion unique de voir des œuvres de Calder dispersées de par le monde. C’est donc la possibilité exceptionnelle de faire plus ample connaissance avec Calder, en parcourant les textes de spécialistes et en ayant le loisir d’étudier de près les réalisations de l’artiste. On ne saurait mieux dire ni mieux faire.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

À la défense du «Right fiers!» des Jeux de Moncton-Dieppe

La musique était l'une des 13 disciplines culturelles, sportives et de leadership des JeuxFC 2017 pour les 13 à 18 ans à Moncton-Dieppe.
«Nos jeunes ont joué et échangé en français... Leur français.»
En lire plus...

20 juillet 2017 à 16h38

Colis haineux à la mosquée de Québec: «répugnant»

Philippe Couillard et Kathleen Wynne à la réunion d'Edmonton cette semaine.
La tuerie de janvier avait été précédée de gestes semblables.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 13h22

Le fameux missile de la Corée du Nord: pas encore «nucléaire»?

bombe
Le dernier engin testé serait en mesure de toucher l'Alaska, l'Australie, l'Inde ou la Russie.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 12h26

Rencontres francos sur Bell Fibe TV

Mylène Thériault dans Rencontres.
La série met à l’honneur la diversité de la culture francophone à Toronto.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h08

Il y a traductions et traductions

traduction
Dès que la phrase est plus métaphorique, les choses se compliquent.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h05

Brampton l’été: à découvrir

Le Wet’N’Wild Toronto a rouvert ses portes en juin avec de nouveaux jeux d’eau pour petits et grands. (Photos: Sandra Dorélas)
La 4e plus grande ville de l’Ontario!
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h04

Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)
On entend rarement parler d'Aylmer. C’est pourtant le secteur le plus beau et le plus historique de Gatineau.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h03

Planification des ressources: le logiciel qui pense à tout

erp
Sept raisons d’adopter un ERP pour votre organisation.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h02

Bonnes notes pour les robots à l’école

Nao le robot (Photo: Johannes Wienke — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2sS9ZtF)
Les élèves ont pris plaisir à faire chanter et danser un petit robot.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h01

Calder, forgeron d’art

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.
À l’honneur au musée de Pierre Soulages près de Toulouse.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur