Avoir ou faire du sens?

abc

23 janvier 2017 à 20h11

Il y a de ces expressions calquées de l’anglais qui prennent de plus en plus de place dans la langue française. La langue française parlée, on s’entend. Parce que dans le registre soutenu, ça ne passe pas encore. Heureusement d’ailleurs. C’est le cas de l’expression «faire du sens», que l’on emploie maintenant à toutes sortes de sauces.

Évidemment, l’expression «faire du sens» est un calque de l’anglais «to make sense».

La Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française, nous rappelle qu’il existe, en français, plusieurs façons d’exprimer correctement la même idée. On peut dire, par exemple : «avoir du sens», «être logique», «tenir debout», «être sensé», «être une bonne idée».

Ainsi, au lieu de dire «ce que vous dites fait du sens», on pourrait dire : «ce que vous dites me semble logique». Et on pourrait remplacer «Son analyse ne fait pas de sens» par «Son analyse ne tient pas debout».

De même, on peut remplacer «un choix qui fait du sens» par «un choix sensé». Ou encore: «Ça ne fait pas de sens!» par «C’est à n’y rien comprendre!» ou «C’est complètement insensé!». Les exemples fautifs sont nombreux et heureusement, les solutions de rechange le sont tout autant.

Quand on fouille dans des dictionnaires bilingues, on remarque que l’expression «to make sense» se traduit généralement par «avoir du sens» ou «avoir un sens». Suivant cette traduction, il est étonnant de constater que c’est surtout sa forme négative qui survit dans l’usage. On dit beaucoup plus souvent : «ça n’a pas de sens» ou «ça n’a aucun sens».

Mais cela ne règle pas le problème de l’emploi fautif de «faire du sens».

Si on est prompt à condamner «faire du sens», il semble qu’on soit davantage tolérant envers la forme négative «ne pas faire de sens» ou «ne faire aucun sens». Même des linguistes, dans les explications critiques qu’ils donnent sur certaines définitions ou sur certaines traductions.

Dans son ouvrage intitulé Le français et les siècles, Claude Hagège mentionne ceci: «baby-foot, inventé en France à partir de mots anglais, et ne faisant aucun sens pour un anglophone […]».

Certains estiment que c’est l’ajout d’un qualificatif comme «aucun» (ne faire aucun sens) ou «grand» (ça ne fait pas grand sens) qui rendrait acceptable – ou moins fautive – l’expression avec «faire». Même en fouillant dans différents ouvrages et sur le web, on ne trouve toutefois pas de reconnaissance «officielle» de la rectitude de l’expression «faire du sens».

On la condamne même dans le Colpron, dans le Multidictionnaire de la langue française et dans les répertoires d’erreurs à éviter publiés par certains médias.

Mentionnons toutefois que c’est tout le contraire pour l’expression «faire sens», qui signifie «avoir un sens, être intelligible» et que l’on dit tout à fait acceptable en français. Elle s’emploie notamment en philosophie et en littérature, sans article.

Alors se pourrait-il que la faute ne consiste, en fait, à rajouter un article comme «de» ou «du»?

La question reste entière. Mais le Bureau de la traduction du gouvernement fédéral consacre un article sur le sujet, dans lequel il est mentionné que l’utilisation de «faire du sens» et de «ne pas faire de sens» est assez répandue dans certains médias.

Dans un article de L’actualité langagière publié en 2007 et portant sur l’expression «faire du sens», Frèdelin Leroux confirme que cette tournure se répand. Et il ajoute: «On peut se demander pourquoi, d’ailleurs, puisqu’il est quand même plus simple de dire que telle chose a du sens (ou n’a pas de sens). Il faut croire que ‘faire’ ajoute un petit quelque chose de sérieux, de réfléchi, peut-être.»

«Bien sûr, on peut y voir l’influence de l’anglais. À ce moment-là, pourquoi cette influence n’est-elle jamais évoquée dans le cas de ‘faire sens’? C’est pourtant encore plus près de ‘to make sense’», conclut-il.

Et on ne peut que lui donner raison.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur