Après la tempête, le beau temps?

neige toronto streetcar

Après la neige qui nous est tombée dessus pendant la semaine de relâche, je pensais qu’il serait à propos de parler de quelques expressions qui ponctuent nos hivers canadiens légendaires.

Le paragraphe qui suit est parsemé d’expressions relatives à l’hiver. Certains sont tout à fait acceptables, mais on aurait intérêt à remplacer d’autres par des termes plus appropriés. Pouvez-vous les trouver? Attention! Le paragraphe est miné de pièges. Il y a 16 termes en tout.

La semaine dernière, Environnement Canada a annoncé un blizzard aux proportions épiques pour tout l’est du pays. En effet, une avalanche de neige nous est tombée dessus atteignant plus d’un mètre par endroits chez nos voisins du Sud. C’était fret ; jusqu’à 25 degrés centigrades en bas de zéro dans certaines régions avec le facteur vent. C’était comme un frigidaire! Cette averse de neige a provoqué même quelques blacks-outs pour le plus grand malheur de certains de nos concitoyens.

Heureusement, les chasse-neige étaient à pied d’œuvre sur les routes ; les bancs de neige devant l’entrée des maisons en faisaient foi. Alors, on a sorti les pelles et les grattes pour déterrer notre voiture que, naturellement, nous avions hivernisée des mois plus tôt.

D’autres, par contre, ont préféré sortir le toboggan ou leurs pôles de ski pour profiter au maximum de la neige et de la semaine de relâche. Ils savent qu’un jour, l’hiver cédera la place au printemps et l’herbe verte finira par remplacer la slush.

Voici les réponses :

«Blizzard» est un mot anglais, mais accepté en français standard. Certains pourraient être tentés de remplacer le mot par «poudrerie», mais les deux termes ne sont pas exactement synonymes, le blizzard étant plus intense que la poudrerie. Pour les définitions météorologiques précises, vous pouvez consulter le site de météomédia.

«Avalanche de neige» est un pléonasme puisqu’une avalanche est par définition une amasse de neige qui dévale une montagne. S’il s’agit de boue, de pierres, d’insultes ou d’autre chose, on précisera à quel genre d’avalanche on fait allusion.

Il vaut mieux dire «Il faisait froid». La plupart des expressions météorologiques utilisent «il» (il fait chaud, il fait du soleil, etc.). Le mot «fret» vient des expressions «froit» et «freit» en ancien français.

Les degrés centigrades ont été remplacés par l’échelle Celsius en 1948. Il existe une légère différence entre les deux. Les curieux peuvent se renseigner en cliquant sur omnilogie.fr.

«En bas de zéro», «sous zéro» et même «en dessous de zéro» pourraient être remplacés avantageusement par «au-dessous de zéro», «inférieur à zéro» ou, mieux, par «moins … degrés». Si la température excède zéro, on dira «25 degrés au-dessus de zéro» ou tout simplement «25 degrés».

Si on parle très correctement de «facteur vent» au Canada, les Français préfèrent parler de «l’effet du vent».

Le mot «Frigidaire» est une marque de commerce à l’égal de «Pepsi» ou de «Kleenex». Pourtant, comme il a l’avantage d’avoir moins de syllabes que le terme «réfrigérateur», il est de plus en plus accepté dans la francophonie. Le mot «frigo», du langage familier, est également très fréquent.

Une «averse» est une pluie soudaine qui tombe en abondance. Le français standard privilégie le terme «chute de neige».

Chose curieuse, le mot «black-out» est accepté dans la langue française depuis 1941. Pourtant, en français standard, il n’a pas de pluriel et il désigne une obscurité imposée, surtout en temps de guerre, ou une interdiction de diffuser. Il ne s’agit pas d’une panne d’électricité qui est un événement le plus souvent accidentel.

Le «chasse-neige» est le bon terme pour les véhicules qui déblaient la neige l’hiver. Il peut s’agir de grattes ou de charrues qui sont toutes deux fournies d’une ou de deux lames qui poussent la neige de côté. En France, le terme «chasse-neige» est synonyme de poudrerie. Au pluriel: des chasse-neige(s).

Nos «bancs de neige» canadiens, un québécisme tout à fait acceptable, s’appellent «congères» dans le reste de la francophonie. Il s’agit d’un amoncellement naturel ou artificiel de neige.

La «gratte» est un chasse-neige. Pour enlever la neige du pare-brise d’une voiture, il vaut mieux avoir recours à un grattoir. La raclette est utilisée pour laver les vitres et les vitrines sales.

Au Canada, on dit correctement «hiverniser» au sens de se préparer pour l’hiver, qu’il s’agisse d’une voiture ou d’une maison.

Le «toboggan» canadien est un traîneau plat, long et étroit. Sans patins, il est fait d’une planche de bois mince recourbée à l’avant. En français standard, le toboggan est un traîneau bas à longs patins métalliques.

Au lieu de dire «pôles de ski», il faut parler de «bâtons de ski». Il y a un Pôle Nord et un Pôle Sud, des pôles d’attraction et des pôles de croissance, mais pas de pôles de ski.

Le mot «slush», ou «sloche», est tout à fait accepté au Canada. On peut dire aussi «névasse», terme plus savant, là où le français standard préfère les expressions «neige fondante», «neige pourrie» ou «soupe», terme familier. Si la neige est mêlée de boue, on parlera de «gadoue», de «bouillasse», terme familier, ou de «gadouille», terme populaire.

Vous vous demandez peut-être pourquoi le terme «semaine de relâche» ne figure pas sur la liste? En effet, c’est un terme accepté au Canada qui veut dire «les vacances ou le congé de mars». Alors, donnez-vous un point boni pour finir ce petit test en bonne et due forme.


Sources :

Geoff Coulson, météorologue, Environnement Canada

AccuWeather

1300 pièges du français parlé et écrit au Québec et au Canada de Camil Choinard

Dictionnaire québécois-français pour mieux se comprendre entre francophones de Lionel Meney

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur