Abolition de la bourse pour étudier en français: de proactif à réactif

Le commissaire François Boileau.

Depuis le printemps dernier, les étudiants francophones de l’Ontario ne bénéficient plus d’une bourse qui leur permettait de recevoir 1500 $ afin de poursuivre leurs études postsecondaires en français.

Après une levée de boucliers de plusieurs organismes, dont le Regroupement des étudiants franco-ontariens (RÉFO), et le dépôt d’une pétition à l’Assemblée législative pour le rétablissement de la bourse, le gouvernement a accepté de revoir les critères d’admissibilité d’autres subventions, ce qui permettra d’aider plus d’étudiants francophones à poursuivre des études en français.

Le Commissariat aux services en français s’est penché sur la question et livre son analyse dans un rapport publié mercredi dernier et intitulé Abolition de la bourse pour étudier en français – L’importance de bien faire ses devoirs.

Oui, constate François Boileau, «les étudiants admissibles aux bourses du Régime d’aide financière aux étudiants de l’Ontario (RAFÉO) sont plus avantagés qu’avant grâce à l’élargissement des critères d’admissibilité à ces bourses», mais ce qu’ils ont perdu, «c’est le caractère incitatif pour étudier en français».

Si les étudiants, de manière globale sont mieux lotis qu’avant depuis la création du programme de réduction de 30% des frais de scolarité, l’incitatif d’étudier en français est désormais «caché dans les subventions au transport», regrette le commissaire Boileau.

Le rapport montre bien qu’il n’y a pas mort d’homme suite à l’abolition de la bourse, simplement que la spécificité francophone n’a pas été prise en compte.

Un mal pour un bien?

«Le montant total octroyé à un étudiant, par le biais de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario durant l’ensemble de son programme d’éducation postsecondaire, surpasse donc celui qui était autrefois offert par l’entremise de la Bourse pour étudier en français», note le commissaire dans son rapport.

Qu’est-ce qui change? Et bien, depuis 37 ans, tous les étudiants francophones qui remplissaient les critères académiques avaient accès à la bourse pour étudier en français. Désormais, les étudiants francophones ont accès à la réduction des frais de scolarité de 30% et aux subventions de navettage et de déménagement uniquement s’ils sont admissibles au RAFÉO, c’est-à-dire en fonction de leurs moyens financiers.

Ce que regrette François Boileau, c’est que dans sa volonté de simplifier l’octroi et l’admissibilité aux bourses, le gouvernement de l’Ontario a privilégié une solution globale.

La spécificité francophone

«Il n’y a aucune mauvaise foi dans leur action. Le gouvernement a pris la décision de réduire les frais de scolarité au postsecondaire de 30% et il fallait trouver cet argent. Ils ont regardé quelques bourses et en ont éliminé six. C’est là qu’ils n’ont pas pris en considération la situation des francophones», indique-t-il en entrevue téléphonique.

Constat appuyé par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), qui a rapidement réagi mercredi à la publication du rapport. «Le gouvernement a négligé l’impact positif de la bourse pour étudier en français comme incitatif à poursuivre des études postsecondaires en français. L’AFO rappelle pourtant que le développement de l’éducation postsecondaire en français est essentiel pour assurer la vitalité de la communauté franco-ontarienne, et ainsi offrir à l’Ontario l’avantage économique d’une main-d’œuvre bilingue et qualifiée.»

Bryan Cayouette, second coprésident du RÉFO, préfère lui aussi «des mesures positives spécifiques aux francophones (…) afin d’assurer une égalité réelle des chances entre les étudiants de la majorité et de la minorité linguistique».

François Boileau a posé plusieurs questions au ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario, à propos des objectifs de la bourse pour étudier en français. La réponse du ministère est édifiante: «En éliminant ce programme, le ministère n’a pas conduit d’étude formelle afin de déterminer si les buts et les objectifs initiaux de la bourse pour étudier en français avaient été atteints.»

Pas comparable

Les chiffres avancés par le gouvernement, concernant le nombre de bénéficiaires francophones de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario (lancée en janvier 2012), poussent pourtant à l’optimisme puisque 2700 étudiants francophones et francophiles y ont eu accès, comparativement aux 779 étudiants qui avaient eu accès à la bourse pour étudier en français en 2011-2012.

Mais pour François Boileau la comparaison ne tient pas. «Il importe de se ramener aux fondements de chacune de ces deux initiatives, afin de ne pas se trouver à comparer, d’une certaine façon, ‘des pommes à des oranges’.»

La raison d’être de la bourse pour étudier en français était d’inciter les étudiants francophones et francophiles à poursuivre une éducation postsecondaire en Ontario en français. Alors que la raison d’être de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario est d’inciter les étudiants, peu importe leur langue, à poursuivre leurs études postsecondaires malgré un revenu familial plus faible.

L’amertume vient du fait que le gouvernement n’a pas pris en compte l’impact de la suppression de la bourse pour étudier en français en amont de la décision finale. «On doit faire davantage d’analyses d’impact et on ne l’a pas fait», lance le commissaire aux services en français.

Madeleine Meilleur, ministre déléguée à la francophonie, rétorque que «c’est la responsabilité des étudiants de parler et d’étudier en français». «On peut encourager, mais au primaire et au secondaire, il n’y a pas de bourses et les écoles sont pleines. Il y a une grande part de responsabilité personnelle», argumente-t-elle, précisant que plus d’étudiants francophones bénéficient de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario que de l’ancienne bourse pour étudier en français.

Les étudiants ont tout de même perdu un incitatif de les poursuivre en français, ces fameuses études.

Le rapport

* * *
À LIRE AUSSI: Postsecondaire: le plan est prêt

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Serge Gainsbourg réincarné en Stefie Shock à Francophonie en fête

Stefie Shock chantera Serge Gainsbourg accompagné à Toronto de Fanny Bloom, Pascale Bussières et Gaële.

Jacques Charette a vu Stefie Shock chanter Serge Gainsbourg aux Francofolies de Montréal cet été, et il s’est tout de suite affairé à faire venir à Toronto ce spectacle, mettant également en vedette Fanny Bloom, Pascale Bussières et Gaële, à son festival Francophonie en fête en septembre. Toronto accueillera donc, le samedi 24 septembre au […]


25 août 2016 à 6h30

Xavier Guidis est là pour rendre service

Xavier Guidis, concierge à l'hôtel Trump de Toronto.

Que ce soit pour trouver un mode de transport original, des billets de concert ou de hockey de dernière minute, un vêtement ou un accessoire unique, aucune requête n’est trop grande ou trop petite pour Xavier Guidis, concierge à l’hôtel Trump de Toronto. «Ce ne sont pas tous les voyageurs qui réalisent qu’ils peuvent nous […]


23 août 2016 à 4h59

Sault Sainte-Marie et son lac Supérieur

Benoit Legault apprend les rudiments de la pêche à la mouche dans les rapides de Sault Sainte-Marie.

Sault Sainte-Marie et son lac Supérieur: voici deux lieux bruts et rudes à apprivoiser. Un par sa culture, l’autre par sa nature. De bonnes surprises vous attendent, une fois les aspects farouches apprivoisés. C’est une région magnifique l’été, et formidable l’automne. Dès mon arrivée au Sault, on me fait enfiler des «waders», et je dois […]


23 août 2016 à 4h57

Dernier adieu à Mauril Bélanger

Mauril Bélanger 1955-2016.

Famille, amis et alliés de Mauril Bélanger ont rendu un dernier hommage, samedi, au député libéral fédéral d’Ottawa-Vanier, défenseur de longue date de la francophonie, décédé le 15 août à l’âge de 61 ans des suites de la sclérose latérale amyotrophique.

Radio-Canada
27 août 2016 à 6h04

Claudette Jaiko élue présidente du Labo

Karine Barrass et Claudette Jaiko.

La cinéaste Claudette Jaiko a succédé à l’artiste de performance Julie Lassonde à la présidence du Labo, lors de l’assemblée générale annuelle du centre d’arts médiatiques jeudi soir au Coq of the Walk by Point Bar. Mme Jaiko a été élue à l’unanimité. Julie Lassonde s’est dite très fière de tout ce que le Labo […]


26 août 2016 à 12h30

Déficience intellectuelle: des adultes abandonnés par leur famille découragée

Le protecteur du citoyen de l'Ontario, Paul Dubé, et son rapport sur les situations de crise impliquant des personnes ayant une déficience intellectuelle.

«L’échec systémique» de l’Ontario à venir en aide à des familles désespérées et vulnérables, qui se trouvent dans l’incapacité de s’occuper d’un être cher atteint de déficience intellectuelle, a plongé beaucoup d’entre elles dans des situations difficiles et souvent dangereuses, selon l’ombudsman Paul Dubé. Dans un rapport intitulé Dans l’impasse, paru cette semaine, le protecteur […]


25 août 2016 à 4h02

Pourquoi l’Italie a tremblé

Les dégâts du séisme en Italie vus par un drone.

Le tremblement de terre qui a tué mercredi au moins 250 personnes, dans le centre montagneux de l’Italie, s’est produit dans une zone géologiquement très complexe… et pour cette raison, très active. Deux frottements s’y croisent à la vitesse des plaques tectoniques. D’une part, la «micro-plaque» adriatique passe dans un axe est-ouest, sous la chaîne des monts […]


25 août 2016 à 2h21

3 morts à Scarborough: agression à l’arbalète?

arbalete

Trois personnes ont été tuées jeudi dans une agression armée, possiblement à l’arbalète, à Toronto.

Radio-Canada
25 août 2016 à 2h12

Une armée nano contre les tumeurs cancéreuses

nanorobots

Relâcher une armée microscopique pour s’attaquer à des tumeurs cancéreuses colorectales: la médecine a rejoint la science-fiction et vous risquez d’en entendre beaucoup parler. Comme dans Le Voyage fantastique d’Asimov, où un véhicule miniature circule dans le flux sanguin pour transporter dans un corps humain des médecins réduits à la taille de microbes, une équipe […]

Poursuite de 50 millions $ pour intimidation: l’école Saint-Joseph affirme avoir bien agi

StJoseph2

Le Conseil scolaire Viamonde nie avoir fait preuve de négligence envers une fillette qui aurait été victime d’intimidation à l’école Saint-Joseph de Penetanguishene. Sa famille poursuit le conseil pour 50 millions $.

Radio-Canada
25 août 2016 à 10h03

Zika: combattre le virus et la peur en même temps

zeka

Zika? Quel zika? C’est la question que certains athlètes doivent se poser, du moins ceux qui ont décidé de ne pas aller à Rio par peur du virus. Au Brésil, en dépit de toutes les rumeurs virales, athlètes et spectateurs des Olympiques n’ont pas du tout été troublés par les moustiques porteurs du zika. Il semble […]


24 août 2016 à 3h06

Burkini: les médias français remarquent la position de Justin Trudeau

Justin Trudeau

Justin Trudeau a défendu, lundi, les droits de libertés de cultes guarantissant le port du burkini.

Le Nouvel Observateur
24 août 2016 à 2h37
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur