Abolition de la bourse pour étudier en français: de proactif à réactif

Le commissaire François Boileau.

Depuis le printemps dernier, les étudiants francophones de l’Ontario ne bénéficient plus d’une bourse qui leur permettait de recevoir 1500 $ afin de poursuivre leurs études postsecondaires en français.

Après une levée de boucliers de plusieurs organismes, dont le Regroupement des étudiants franco-ontariens (RÉFO), et le dépôt d’une pétition à l’Assemblée législative pour le rétablissement de la bourse, le gouvernement a accepté de revoir les critères d’admissibilité d’autres subventions, ce qui permettra d’aider plus d’étudiants francophones à poursuivre des études en français.

Le Commissariat aux services en français s’est penché sur la question et livre son analyse dans un rapport publié mercredi dernier et intitulé Abolition de la bourse pour étudier en français – L’importance de bien faire ses devoirs.

Oui, constate François Boileau, «les étudiants admissibles aux bourses du Régime d’aide financière aux étudiants de l’Ontario (RAFÉO) sont plus avantagés qu’avant grâce à l’élargissement des critères d’admissibilité à ces bourses», mais ce qu’ils ont perdu, «c’est le caractère incitatif pour étudier en français».

Si les étudiants, de manière globale sont mieux lotis qu’avant depuis la création du programme de réduction de 30% des frais de scolarité, l’incitatif d’étudier en français est désormais «caché dans les subventions au transport», regrette le commissaire Boileau.

Le rapport montre bien qu’il n’y a pas mort d’homme suite à l’abolition de la bourse, simplement que la spécificité francophone n’a pas été prise en compte.

Un mal pour un bien?

«Le montant total octroyé à un étudiant, par le biais de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario durant l’ensemble de son programme d’éducation postsecondaire, surpasse donc celui qui était autrefois offert par l’entremise de la Bourse pour étudier en français», note le commissaire dans son rapport.

Qu’est-ce qui change? Et bien, depuis 37 ans, tous les étudiants francophones qui remplissaient les critères académiques avaient accès à la bourse pour étudier en français. Désormais, les étudiants francophones ont accès à la réduction des frais de scolarité de 30% et aux subventions de navettage et de déménagement uniquement s’ils sont admissibles au RAFÉO, c’est-à-dire en fonction de leurs moyens financiers.

Ce que regrette François Boileau, c’est que dans sa volonté de simplifier l’octroi et l’admissibilité aux bourses, le gouvernement de l’Ontario a privilégié une solution globale.

La spécificité francophone

«Il n’y a aucune mauvaise foi dans leur action. Le gouvernement a pris la décision de réduire les frais de scolarité au postsecondaire de 30% et il fallait trouver cet argent. Ils ont regardé quelques bourses et en ont éliminé six. C’est là qu’ils n’ont pas pris en considération la situation des francophones», indique-t-il en entrevue téléphonique.

Constat appuyé par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), qui a rapidement réagi mercredi à la publication du rapport. «Le gouvernement a négligé l’impact positif de la bourse pour étudier en français comme incitatif à poursuivre des études postsecondaires en français. L’AFO rappelle pourtant que le développement de l’éducation postsecondaire en français est essentiel pour assurer la vitalité de la communauté franco-ontarienne, et ainsi offrir à l’Ontario l’avantage économique d’une main-d’œuvre bilingue et qualifiée.»

Bryan Cayouette, second coprésident du RÉFO, préfère lui aussi «des mesures positives spécifiques aux francophones (…) afin d’assurer une égalité réelle des chances entre les étudiants de la majorité et de la minorité linguistique».

François Boileau a posé plusieurs questions au ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l’Ontario, à propos des objectifs de la bourse pour étudier en français. La réponse du ministère est édifiante: «En éliminant ce programme, le ministère n’a pas conduit d’étude formelle afin de déterminer si les buts et les objectifs initiaux de la bourse pour étudier en français avaient été atteints.»

Pas comparable

Les chiffres avancés par le gouvernement, concernant le nombre de bénéficiaires francophones de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario (lancée en janvier 2012), poussent pourtant à l’optimisme puisque 2700 étudiants francophones et francophiles y ont eu accès, comparativement aux 779 étudiants qui avaient eu accès à la bourse pour étudier en français en 2011-2012.

Mais pour François Boileau la comparaison ne tient pas. «Il importe de se ramener aux fondements de chacune de ces deux initiatives, afin de ne pas se trouver à comparer, d’une certaine façon, ‘des pommes à des oranges’.»

La raison d’être de la bourse pour étudier en français était d’inciter les étudiants francophones et francophiles à poursuivre une éducation postsecondaire en Ontario en français. Alors que la raison d’être de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario est d’inciter les étudiants, peu importe leur langue, à poursuivre leurs études postsecondaires malgré un revenu familial plus faible.

L’amertume vient du fait que le gouvernement n’a pas pris en compte l’impact de la suppression de la bourse pour étudier en français en amont de la décision finale. «On doit faire davantage d’analyses d’impact et on ne l’a pas fait», lance le commissaire aux services en français.

Madeleine Meilleur, ministre déléguée à la francophonie, rétorque que «c’est la responsabilité des étudiants de parler et d’étudier en français». «On peut encourager, mais au primaire et au secondaire, il n’y a pas de bourses et les écoles sont pleines. Il y a une grande part de responsabilité personnelle», argumente-t-elle, précisant que plus d’étudiants francophones bénéficient de la réduction de 30% des frais de scolarité en Ontario que de l’ancienne bourse pour étudier en français.

Les étudiants ont tout de même perdu un incitatif de les poursuivre en français, ces fameuses études.

Le rapport

* * *
À LIRE AUSSI: Postsecondaire: le plan est prêt

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Combo «Agri-Culture» autour de St. Catharines

Ruelle de grafittis et murales devant le FirstOntario Performing Arts Centre à St. Catharines. (Photo: Nathalie Prézeau)

Le seul spectacle en français que l’imitateur André-Philippe Gagnon fera cet automne lors de sa tournée ontarienne sera celui de St. Catharines le 20 octobre. On pourrait s’étonner qu’une ville de 130 000 habitants, dont environ 4 000 francophones, ait pris une telle initiative, mais le magnifique centre des arts FirstOntario Performing Arts Centre, géré […]


26 septembre 2016 à 23h32

Tintamarre de 1000 jeunes à Toronto pour le Jour des Franco-Ontariens

Les élèves de nos deux conseils scolaires se sont rassemblée en face de l'hôtel de ville de Toronto pour la levée du drapeau franco-ontarien.

Plus d’un millier d’élèves des écoles françaises laïques et catholiques de Toronto ont bravé la pluie pour se rassembler au centre-ville, vendredi midi, pour fêter le Jour des Franco-Ontariens (officiellement ce dimanche 25) et chanter Mon beau drapeau pendant qu’était hissé le drapeau vert et blanc au mat de l’hôtel de ville. À 10h, plusieurs […]


23 septembre 2016 à 21h34

Université franco-ontarienne: Dyane Adam présidera un Conseil de planification

Dyane Adam

L’ancienne commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, ex-principale du campus Glendon de l’Université York, présidera un nouveau «Conseil de planification pour une université de langue française». Ce n’est pas encore la gouvernance d’une future université franco-ontarienne, réclamée par le mouvement associatif et le projet de loi privé de la députée néo-démocrate France Gélinas, […]


22 septembre 2016 à 16h46

Concours IDÉLLO pour transformer l’expérience en classe

TFO-idello

Depuis le 22 septembre, toutes les écoles primaires et secondaires de l’Ontario et du Québec peuvent s’inscrire au concours Votre école IDÉLLO de TFO. Deux écoles gagnantes seront transformées en un environnement d’apprentissage numérique «stimulant, interactif et collaboratif». «C’est la première d’une série d’initiatives éducatives qui seront déployées à travers le Canada», indique Glenn O’Farrell, […]


28 septembre 2016 à 14h16

Des produits ontariens qui rivalisent avec l’huile d’olive

Jason Persall

Devant la chute des prix des cultures, il y a une dizaine d’années, le producteur de céréales ontarien Jason Persall a dû chercher des moyens d’apporter une valeur ajoutée à sa ferme familiale du comté de Norfolk, au bord du lac Érié. Aujourd’hui, sa marque Pristine Gourmet est populaire tant auprès des chefs qu’auprès des […]


28 septembre 2016 à 12h31

Un «écolodge» de Village Monde en Indonésie

Le projet d'écolodge de Village Monde en Indonésie

Le fondateur de l’organisation québécoise Village Monde, Charles Mony, construira un «écolodge» en Indonésie, grâce à un partenariat avec Filaction via le fond Capital Équitable. Le gite touristique devrait ouvrir ses portes en juin 2017, a-t-il annoncé le 27 septembre, Journée mondiale du tourisme. Tourisme responsable Village Monde soutient des initiatives «améliorant les conditions de […]


28 septembre 2016 à 12h15

Vélo: le casque est efficace, mais…

casquevelo02-e338cc8d848561d8bc89545916ff3fedcba28fe7

La mort d’un cycliste est toujours un événement malheureux. Mais beaucoup sont prompts à y coller la phrase accusatrice: «le cycliste ne portait pas de casque». Depuis le milieu des années 1980, une vingtaine d’études ont confirmé l’efficacité du casque pour prévenir les blessures à la tête — et donc, certains décès. Cependant, cette protection […]


28 septembre 2016 à 11h25

Pas de nouveaux projets d’énergie renouvelable

eoliennes

Dans le but de réduire la facture d’électricité des Ontariens – un enjeu électoral de plus en plus sensible – le gouvernement provincial suspend la deuxième ronde de son processus d’approvisionnement pour les grands projets d’énergie renouvelable, mettant fin à l’achat de plus de 1000 mégawatts  d’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, de bioénergie et d’énergie produite […]


27 septembre 2016 à 17h44

La Cour suprême de Colombie-Britannique reconnaît des besoins spéciaux aux écoles francophones

cb

La Cour suprême de Colombie-Britannique accédé partiellement à la requête du milieu scolaire francophone. Le gouvernement devra financer du transport additionnel mais pas nécessairement la construction de nouvelles écoles.

TFO #ONfr
27 septembre 2016 à 16h41

Une majorité de résidents pour une ville d’Ottawa bilingue

OttawaBilingue

72% des résidents d’Ottawa appuieraient le bilinguisme officiel de la Ville si la démarche n’impose pas de coûts additionnels et ne cause pas de pertes d’emploi, selon un récent sondage publié ce mardi par le regroupement #OttawaBilingue. Une bonne majorité d’entre eux (68%) croient aussi que le bilinguisme officiel de la Ville aurait un impact […]


27 septembre 2016 à 11h58

Débat Trump-Clinton non concluant

Donald Trump, Hillary Clinton.

On n’a pas eu à éponger de sang sur la scène de l’université Hofstra (New York) après le premier débat télévisé Trump-Clinton lundi soir, les deux candidats présidentiels américains paraissant retenir leurs coups. Hillary Clinton et Donald Trump ont esquivé relativement facilement les allusions/allégations/accusations les plus dangereuses et sont même restés plutôt polis l’un envers l’autre. […]


27 septembre 2016 à 2h11

Une première croisière «French Touch» réussie

Embarquement sur le Empress of Canada.

La croisière French Touch du jeudi 22 septembre a rassemblé une centaine de personnes sur le bateau à trois ponts Empress of Canada. Cette première activité de Clink Toronto, l’entreprise d’Adra Berezintsev, a permis à ces curieux de manger, danser, réseauter et découvrir des jeunes professionnels franco-torontois et leurs projets. «Je veux promouvoir des entreprises […]


26 septembre 2016 à 23h22
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur