À la (re)découverte de Händel

Avec Philippe Jaroussky et Les Violons du Roy

Philippe Jaroussky (Photo: Simon Fowler)

Philippe Jaroussky (Photo: Simon Fowler)


5 avril 2017 à 17h39

C’est sous une neige encore abondante à Québec que le contre-ténor français Philippe Jaroussky se produit cette semaine, au Palais Montcalm, avec Les Violons du Roy, sous la direction de Mathieu Lussier, dans un rare programme Händel, Fux et Graun.

Cette tournée de cinq dates seulement les mènera à Toronto, au Koerner Hall, jeudi 13 avril prochain, où ils trouveront un climat beaucoup plus printanier. Philippe Jaroussky s’envolera ensuite vers l’Amérique du Sud avec un autre orchestre, mais toujours pour chanter le même programme, car c’est lui qui l’a proposé au prestigieux ensemble québécois.

Par ailleurs, ce même 13 avril, l’Alliance française accueille à 18h le directeur artistique des Violons du Roy, Laurent Patenaude. La rencontre, où il sera question du concert avec Philippe Jaroussky, sera animée par Line Boily.

«Cela fait quelques années qu’on envisageait de collaborer ensemble», dit le contre-ténor en entrevue à L’Express. «Je viens trop rarement au Canada.»

Sa dernière apparition au Koerner Hall, «une Cadillac des salles de concert», s’enthousiasme-t-il, remonte à 2011.

«Révélation de l’année» en art lyrique en France en 2004 à l’âge de 22 ans (il en a aujourd’hui 39), puis deux fois «Artiste lyrique de l’année» en 2007 et 2010, Philippe Jaroussky a été violoniste avant de passer au chant, qu’il apprécie davantage «car l’aspect technique y est moins séparé de l’aspect interprétatif».

Georg Friedrich Händel, Johann Joseph Fux, Johann Gottlieb Graun.
Georg Friedrich Händel, Johann Joseph Fux, Johann Gottlieb Graun.

Ayant beaucoup chanté de Vivaldi, il a attendu d’atteindre «une certaine plénitude vocale», dit-il, avant de maîtriser Georg Friedrich Händel (1685-1759), le grand compositeur allemand qui a surtout vécu à Londres, où il a dominé la période baroque.

«Dans mon domaine, on croit tout connaître de Händel, mais on découvre constamment la beauté de ses oeuvres moins souvent interprétées.»

Le programme de cette tournée comprend plusieurs de ces pièces rares, ainsi que des perles de Johann Joseph Fux (1660-1741, basé à la cour autrichienne) et de Johann Gottlieb Graun (1702–1771, dont toutes les compositions n’ont été entendues qu’après sa mort à Berlin).

«Quand, dans un concert, on a trois ou quatre moments très émouvants, vraiment vrais, c’est gagné!», promet-il.

Philippe Jaroussky, acclamé dans les festivals et les salles les plus prestigieuses, est sollicité par les meilleures formations baroques actuelles.

Il souhaite déjà renouveler l’expérience de cette collaboration avec Les Violons du Roy, l’ensemble de 15 musiciens fondé par Bernard Labadie, dont le maestro Mathieu Lussier est un ami et collaborateur de longue date. Lussier est d’ailleurs aussi compositeur: son catalogue de plus de 40 oeuvres est entendu régulièrement à travers le monde.

Le Koerner Hall du Conservatoire royal de musique, rue Bloor à Toronto.
Le Koerner Hall du Conservatoire royal de musique, rue Bloor à Toronto.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur